À la UneAfriqueSociété
A la Une

Un père écope de la réclusion à perpétuité pour avoir souillé sa fille de 8 ans

Un tribunal des délits sexuels et de la violence domestique d’Ikeja a condamné mardi dernier un homme de 42 ans, Suleimon Usman, à la réclusion à perpétuité pour avoir profané sa fille de huit ans.

L’agence de presse du Nigeria (NAN) rapporte qu’Usman a été inculpé d’une accusation à deux chefs d’accusation à la limite de la souillure, pour laquelle il avait plaidé non coupable.

Le juge Rahmon Oshodi, dans son jugement, a toutefois libéré et acquitté l’accusé de la deuxième accusation.

Oshodi a révélé que l’accusation n’avait pas réussi à prouver la deuxième accusation portée contre l’accusé, car la deuxième victime n’avait pas été prouvée au procès.

Le tribunal a révélé que : « Le témoignage de la première victime corrobore le témoignage du médecin.

« La survivante a déclaré qu’elle avait ressenti de la douleur dans sa partie intime lorsque son père avait mis son doigt dans sa virgi.nité et avait également inséré son pé.nis dans son an.us.

« J’ai examiné les ingrédients des infractions ; l’aveu, la preuve circonstancielle et le récit du témoin oculaire.

« Je ne crois pas que la première victime ait été tutorée. Je répète que son témoignage est crédible.

« Quoi qu’il en soit, j’ai déjà reçu un témoignage oculaire, où la victime a dit ‘mon père me portait tous les soirs de notre chambre et me mettait dans le salon et mettait son pé.nis dans mon bombom' » .

Le juge a en outre révélé que l’accusation avait fourni la preuve qu’un médecin avait examiné la survivante.

« Le rapport médical a montré une rougeur dans les lèvres virginales, l’an.us était desserré et guéri et il y avait une pénétration dans l’anus du survivant.

« Je suis convaincu que le témoignage du médecin corrobore celui de la victime.

« La mère a dit que la scène du crime était leur salon familial. Je ne considère pas le témoignage de l’accusé comme crédible.

« Je déclare l’accusé coupable du premier chef d’accusation, et il est par la présente, condamné à la réclusion à perpétuité », a déclaré Oshodi. Le procureur a déclaré que le condamné avait commis l’infraction contraire à l’article 137 de la loi pénale de l’État de Lagos 2015, au n°2 Bale St., Onisiwo à Apapa, Lagos.

Ahmad Diallo

Je suis Ahmad Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Email : aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page