People

Québec : Des lycéennes contre le port obligatoire du soutien-gorge

Des Lycéennes québécoises viennent de lancer un mouvement pour venir avoir le droit de venir en cours sans soutien-gorge. Loin de ce que pourrait être un caprice d’adolescentes, il s’agit d’un mouvement de solidarité qui a vu le jour après qu’un pensionnat a exigé qu’un élève sans soutien-gorge se couvre mieux.

Tout est parti le 31 mai dernier, jour où une élève du pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, à Montréal, a été renvoyée du cours parce qu’elle n’avait pas porté de soutien-gorge.

A en croire la direction de l’établissement, sa poitrine était trop visible, si bien qu’on lui a demandé de mieux se couvrir. Mais c’était sans compter sur la ténacité de l’élève, qui a tout juste préféré quitter le pensionnat ce jour-là.

Publicité
Plus de 6.000 personnes soutiennent les filles

Québec : Des lycéennes contre le port obligatoire du soutien-gorge

Pour la soutenir, ses camarades ont décidé d’aller en cours sans porter de soutien-gorge. A ce jour, plus 6.000 personnes ont signé une pétition pour le respect du choix des élèves.

«Cher pensionnat, nous ne gueulons pas pour une révolution, nous réclamons le droit à l’évolution».

Dans le texte de la pétition, les élèves reconnaissent néanmoins que c’était pour ne pas mettre les hommes qui dispensent des cours dans l’établissement que la direction du pensionnat a demandé à la lycéenne d’aller enfiler un vêtement plus correcte.

La bataille atterrit à la table du gouvernement

Québec : Des lycéennes contre le port obligatoire du soutien-gorge

Dans cette histoire, les filles de ce pensionnat ne sont pas les seules à mener la bataille. En effet, le dossier est arrivé à la table de la ministre de la condition féminine du Québec, Hélène David. Pour elle, la question est «extrêmement intéressante» et pousse les établissements à en discuter avec les élèves.

«Bravo que les filles disent: ‘Vous ne nous direz pas comment m’habiller’. Ces filles-là sont vraiment extraordinaires, elles posent de vraies questions», s’est-elle réjouie.

Pour sa part, le directeur du pensionnat reconnait que le règlement intérieur ne fait pas mention de l’obligation du port de soutien-gorge, mais que celui-ci est en mesure d’intervenir si une tenue est jugée indécente.

Publicité 2

Il y a quelques semaines, les québécoises avaient créé le mouvement « carrés jaunes », concernant les codes vestimentaires. A l’issu de ce mouvement, elles avaient réussi de certains établissements que les débardeurs et les shorts soient acceptés.

Québec : Des lycéennes contre le port obligatoire du soutien-gorge

Crédit Photo: Slate

Tags

Fatou Oulèye SAMBOU

Bonjour Je suis journaliste-productrice sénégalaise. J'aime parler d'actualité, de culture, et de sport. Je suis une passionnée de la vie et de ses merveilles: les voyages, le monde digital, le tourisme, le cinéma et la musique. Je vois toujours le bon côté des choses. Je vous donne rendez-vous sur Afrikmag pour des infos de qualité. fifi.sambou@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer