À la UneR.D Congo

RDC-17 mai 1997 : Mobutu, ou la chute du « guerrier qui vole de victoires en victoires »

Le 17 mai 1997, une grande page de l’histoire contemporaine africaine s’écrivait. Dans l’humiliation d’un homme qui s’était confondu à son pouvoir et dans la joie d’un chef rebelle, qui vengeait ainsi secrètement son ami Mulele, torturé et tué par le Maréchal Mobutu. Les « petits hommes verts » rentraient dans Kinshasa défaite, signant la fin de 32 ans de pouvoir absolu d’un homme que l’Afrique n’oubliera pas.

Le 15 mai 1997, Nelson Mandela auréolé de son prestige d’homme de paix tente le tout pour le tout afin d’amener Laurent-Désiré Kabila à négocier avec Mobutu. Sur le bateau, Kabila qui sait que ses troupes tiennent le bon bout et ne sont qu’à quelques encablures de la capitale, est sans concession: il veut le départ de Mobutu. Le vieux Léopard du Zaire, affaibli par la maladie, assiste, aux bords de larmes, au show de Kabila. Il n’est pas question de quitter le pouvoir.

Publicité

Mais 24H plus tard, le rapport de forces a totalement basculé du côté des rebelles qui avancent inexorablement sur la capitale. Jusqu’à la dernière minute, il faut convaincre Mobutu de partir pour ne pas se faire massacrer par les hommes de Kabila. Celui qui a pris le pouvoir au Congo en 1965, pays qu’il a rebaptisé Zaïre, doit se résoudre à l’évidence. Réfugié à Gbadolite son village, il doit faire ses bagages et décamper avant qu’il ne soit humilié par les rebelles.

RDC-17 mai 1997 : Mobutu, ou la chute du "guerrier qui vole de victoires en victoires"
Les hommes de Kabila entrant à Kinshasa, le 17 mai 1997

La mort dans l’âme, Mobutu et quelques proches foncent sur l’aéroport de Gbadolite. Ils sont en plain décollage quand les rebelles surgissent au bout de la piste. Des coups de feu retentissent, mais l’avion réussit à prendre le large. Ainsi a pris fin le règne de Mobutu. Après avoir joué un rôle trouble dans l’assassinat de Patrice Lumumba en 1961, Mobutu ruse et prend le pouvoir en 1965. Il installe alors une dictature féroce qui fera des milliers de morts tout au long de son règne.

L’un des assassinats qui fera de Kabila un ennemi juré de Mobutu est celui de Pierre Mulele. Pierre Mulele, membre fondateur et secrétaire général du PSA (Parti solidaire africain), fut ministre de l’Education dans le gouvernement Lumumba, et fut ambassadeur du gouvernement de Stanleyville au Caire. Après le massacre de Lumumba, il quitte le pays et revient avec un mouvement insurrectionnel paysan. En 1968, Mulele est convaincu par le président Marien Ngouabi du Congo-Brazzaville, de rentrer au Zaïre et profiter de l’amnistie des opposants. C’est une erreur. Il se rend et est finalement torturé avant d’être tué le 10 octobre 1968.

Publicité 2
RDC-17 mai 1997 : Mobutu, ou la chute du "guerrier qui vole de victoires en victoires"
Laurent-Désiré Kabila, tombeur de Mobutu

Kabila va alors prendre le maquis à cette date jusqu’au renversement de Mobutu le 17 mai 1997. Lorsqu’il entre dans la ville, Mobutu a fui depuis le 16 mai. Et ce sont les « Kadogos » de Kabila qui font la loi à Kinshasa. Quelques mois plus tard, le chagrin et le cancer auront raison du Roi du Zaire, Mobutu, qui meurt au Maroc, enterré dans l’indifférence totale. Lui abonné au gigantisme pendant son règne.

RDC-17 mai 1997 : Mobutu, ou la chute du "guerrier qui vole de victoires en victoires"
Avec son fils cadet et ses trois filles en 1975

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page