AfriquePolitique

La Haute Cour d’Afrique du Sud contre le retrait du pays de la CPI…La raison!

La justice sud-africaine a estimé que la décision du gouvernement de Pretoria de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI), sans consulter au préalable le Parlement, était invalide et inconstitutionnelle.

Selon la Haute Cour d’Afrique du Sud, la décision du gouvernement de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye est inconstitutionnelle.

« La décision du gouvernement de signifier au secrétaire général de l’ONU son retrait de la CPI sans avoir obtenu l’aval du Parlement est inconstitutionnelle et invalide », a affirmé mercredi 22 février un juge de Pretoria, Phineas Mojapelo. Le président et le gouvernement « doivent retirer leur notification dès que possible », a ajouté le juge.

Publicité

Le gouvernement sud-africain avait annoncé en octobre 2016 sa décision de quitter la CPI après la polémique causée par son refus d’interpeller sur son sol le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide et crimes contre l’humanité. Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), avait alors saisi la justice, déplorant que le gouvernement ait court-circuité le Parlement.

« Ce n’est pas la première fois que l’opposition gagne des procès sur ce thème. Elle a aussi gagné deux procès sur la non arrestation du président soudanais Omar el-Béchir qui était venu en Afrique du Sud pour un sommet de l’Union Africaine « , explique Caroline Dumay, correspondante de France 24.

Un débat au Parlement?

Mais que va-t-il se passer désormais ? « Le gouvernement peut maintenant faire appel de cette décision de la Haute Cour. Il peut aussi décider d’un débat au parlement. Sachant que l’ANC (le Congrès national africain, le parti au pouvoir) a la majorité absolue, il y a de fortes chances que de toute façon la décision soit réitérée et que l’Afrique du Sud quitte légalement la CPI », précise Caroline Dumay.

La Haute Cour d'Afrique du Sud contre le retrait du pays de la CPI...La raison!

Publicité 2

Active depuis 2002 et composée de 124 États membres, la CPI est la première juridiction jouissant d’une compétence internationale permanente pour juger les cas de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre.

Plusieurs pays africains reprochent à cette instance créée par le traité de Rome en 1998 de concentrer essentiellement ses efforts sur l’Afrique. Depuis sa création en 2002, la Cour, qui siège à La Haye, a ouvert dix enquêtes, dont neuf dans des pays africains. La Gambie, qui avait également fait part de son intention de se retirer, a fait marche arrière depuis le changement de régime et l’élection du nouveau président gambien Adama Barrow.

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Zuma, laisse tomber ces histoires de quitter la CPI, a usnd les président commenceront a tuer la population comme a l époque dictatoriale qui vont les deranger? C est qui peineront plus ces dictateur devenus démocrate au dame du jour par la force des choses pour cammoufler leur haine ont signé le statut de Rome.Alors ils n avaient pas lu ce statut? Pourque 16 a ns après des revoltes on veux quitter cpi mon oeil on va tous rester là.Mais avznt tous que Sarkozi, pour lz mort de kadafi,Bachar en syrie,poutine et bien d autres soient poursuivie aussi pour attenuer la colère des Africains.

  2. j’èspère que vous n’êtes pas des judas?ces genres de retraits l’afrique en a besoin.nous sommes fatigué des manipulations auxquelles nous sommes victimes au sein de cette institutions.je parle enttend que digne fils dafrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page