SénégalSociété

Sénégal: Images choquantes de l’insalubrité devant une école de la capitale

Les parents d’élèves de l’école primaire Massaer Niang ne savent plus à quel saint se vouer. Il s’agit d’une école primaire qui se trouve à Baobab, à seulement quelques minutes de la ville. Devant l’établissement, que continuent de fréquenter les enfants, jaillissent les eaux usées des canalisations. Pis, certains y jettent leurs ordures sous le regard impuissant des élèves et du personnel de l’établissement.

Un point de presse prévu cet après-midi

Sénégal: Images choquantes de l’insalubrité devant une école de la capitaleSénégal: Images choquantes de l’insalubrité devant une école de la capitale

Publicité

Ecœurés par ce silence coupable des autorités locales, des habitants de la localité ont contacté Afrikmag. Le reporter s’est alors renseigné davantage sur la situation et la découverte a été des plus choquantes. Toute la devanture de l’école primaire est souillée. Les populations ont alors décidé de tenir un point de presse dans l’après-midi de ce mardi pour alerter les autorités.

Une grosse vague d’indignation lancée par Afrikmag

Indigné par cette situation, Afrikmag a décidé de lancer une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Le mouvement citoyen Save Dakar, qui avait accordé il y a quelques semaines une interview à Afrikmag, a décidé de réagir. Le mouvement a alors décidé de contacter le directeur de l’Office Nationale de l’Assainissement du Sénégal, qui promet de réagir au plus vite. Sur Facebook, on peut lire la publication de George Lamine Diop, qui lance l’alerte grâce à Afrikmag.

« Constatez la situation désastreuse qui prévaut devant mon ancienne école (Masse Massaer Niane) avec la complicité des riverains qui n’hésitent pas à y verser des déchets. Où sont les services de la mairie de Mermoz-sacré cœur ? Où est l’Onas ? SVP pensez aux enfants ! »

Par ailleurs, suite à un Tweet dénonciateur d’un reporter d’Afrikmag, le compte Twitter de l’Onas répond d’une manière froide et déplacée, en demandant d’appeler le numéro orange et signaler l’incident comme le veut la procédure.

Pub



Oui mais, dans un tel cas d’urgence, faudrait-il passer par la procédure supposée être longue et pénible alors que des enfants sont en danger ? En tout état de cause, il y va de la santé des chérubins qui n’ont demandé rien d’autre qu’à étudier.

Tags

Fatou Oulèye SAMBOU

Bonjour Je suis journaliste-productrice sénégalaise. J'aime parler d'actualité, de culture, et de sport. Je suis une passionnée de la vie et de ses merveilles: les voyages, le monde digital, le tourisme, le cinéma et la musique. Je vois toujours le bon côté des choses. Je vous donne rendez-vous sur Afrikmag pour des infos de qualité. fifi.sambou@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. Chacun a un devoir citoyen, qu’on arrete de déversé des ordures ou des saletés dans nos caniveaux et que chaque riverain prenne conscience de la salubrité de son environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer