Politique
A la Une

Soudan : l’ex président, Omar el-Béchir, risque la peine de mort

Omar el-Bechir, l’ancien dirigeant autoritaire du Soudan évincé au milieu d’un soulèvement populaire en faveur de la démocratie l’année dernière, a été jugé à Khartoum pour avoir orchestré le coup d’État militaire qui l’a porté au pouvoir il y a plus de trois décennies.

Le procès de Bashir, qui est détenu depuis sa condamnation pour blanchiment d’argent et corruption en décembre, intervient à un moment de changements massifs dans le pays de plus de 40 millions de personnes.

Omar el-Béchir est sur le banc des accusés avec 10 militaires et six civils, dont deux anciens vice-présidents, ex-ministres et gouverneurs.

Publicité

L’homme de 76 ans pourrait encourir la peine de mort s’il est reconnu coupable.

Tous sont accusés d’avoir planifié le coup d’État du 30 juin 1989, lorsque l’armée a arrêté des dirigeants politiques démocratiquement élus du Soudan, suspendu le parlement et d’autres organes de l’État, fermé l’aéroport et annoncé la prise de contrôle à la radio.

Béchir est resté au pouvoir pendant 30 ans avant d’être renversé le 11 avril de l’année dernière après plusieurs mois de manifestations de rue sans précédent.  Les conséquences de sa chute dramatique ont été soulignées cette année lorsque le nouveau gouvernement du Soudan s’est engagé à le remettre à la Cour pénale internationale (CPI) pour qu’il soit jugé pour crimes de guerre et génocide liés au conflit au Darfour, qui a fait 300000 morts et des millions de déplacés dans une campagne de terre brûlée contre une insurrection de 2003.

Il y a peu d’exemples de dirigeants sur le continent qui sont arrivés au pouvoir par la violence et ont fait face à un processus judiciaire après leur déposition – bien que certains affirment que le véritable cerveau du coup d’État était l’idéologue islamiste Hassan al-Turabi, décédé en 2016.

« Ce procès sera un avertissement pour quiconque tente de détruire le système constitutionnel. Cela sauvegardera la démocratie soudanaise. De cette manière, nous espérons mettre un terme à l’ère des putschs au Soudan », a déclaré Moaz Hadra, l’un des avocats qui a mené la campagne pour porter l’affaire devant les tribunaux.

Hadra a déclaré à l’Agence France-Presse que l’accusé avait été inculpé d’infractions, notamment en vertu du chapitre 96 du code pénal de 1983, qui avait été aboli par Bashir et passible de la peine de mort pour tentative de destruction de l’ordre constitutionnel.

Le Soudan a connu trois coups d’État depuis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1956.

Les avocats de la défense ont déclaré que Béchir et les autres feraient face à «un procès politique» tenu « dans un environnement hostile de la part du système judiciaire contre les accusés ».

 « Ce procès vise le mouvement islamique et son seul objectif est de le présenter comme un mouvement terroriste, mais nous avons préparé notre défense et nous prouverons le contraire », a déclaré Hashem al-Gali, l’un des 150 membres du personnel juridique de l’équipe de l’accusé.

Gali a fait valoir que les événements de 1989 dépassaient le délai de prescription et ne devraient donc plus être traités par un tribunal.

Des centaines de partisans de Béchir se sont rassemblés devant le tribunal de Khartoum mardi, criant des slogans religieux et appelant l’ancien dictateur «le lion de l’Afrique».

Il est entré dans la salle d’audience vêtu de vêtements traditionnels blancs et d’un masque facial, saluant les partisans d’une main levée.

La procédure a été ajournée jusqu’au 11 août pour un examen de la distanciation sociale et d’autres mesures d’hygiène, ont rapporté les chaînes de télévision locales.

Publicité 2

Le gouvernement de transition qui a pris le pouvoir après le renversement de Bashir a été confronté à une vive opposition de la part des conservateurs qui ont prospéré sous l’ancien régime, et il y a eu des protestations lorsque le nouveau Premier ministre, Abdalla Hamdok, a récemment annoncé une série de réformes.

Celles-ci comprenaient l’interdiction des mutilations génitales féminines, l’annulation des interdictions de conversion religieuse de l’islam et l’autorisation pour les non-musulmans de consommer de l’alcool.

Le Soudan interdira également la pratique du takfir, par lequel un musulman peut être déclaré apostat par un autre et donc passible d’une condamnation à mort.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page