Divers

Un homme mutilé à mort par son lion de compagnie-Photos

Un homme a été mutilé à mort par un de ses lions qu’il gardait dans un enclos de son jardin comme animal de Compagnie en lieu et place d’un chat. Aujourd’hui, il se retrouve six pieds sous-terre. Le drame s’est produit mardi matin à Zděchov, commune de l’est de la République tchèque

Michal Prasek, âgé de 33 ans, gardait un lion et une lionne dans des cages séparées construites chez lui en République tchèque. Son père a retrouvé son corps mardi matin à l’intérieur de l’enclos du lion, verrouillé de l’intérieur.


Un homme mutilé à mort par son lion de compagnie-Photos

Il a été attaqué et tué par le lion mâle âgé de neuf ans.

M. Prasek a gardé le lion sans autorisation des services vétérinaires locaux dans une cage construite sans permis de construire.

La police a été informée de l’incident par le père de Prasek, qui a vu le corps de son fils gisant dans l’enceinte grâce à une caméra de sécurité

La police a déclaré qu’ils ont dû abattre les deux lions pour atteindre le corps de M. Prasek.

M. Prasek aurait acheté le lion mâle en Slovaquie en 2016 et la lionne l’année dernière.

Il est à souligner que les bêtes étaient détenues sans autorisation des services vétérinaires et dans un enclos illégalement bâti.

Un homme mutilé à mort par son lion de compagnie-Photos

Un homme mutilé à mort par son lion de compagnie-Photos

Un homme mutilé à mort par son lion de compagnie-Photos

 

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer