À la UneAfrique

Un Sud-africain écope de 400 ans d’emprisonnement pour avoir violé sa belle-fille

Un homme de 46 ans qui a violé sa belle-fille de 10 ans près de 1000 fois en cinq ans a été condamné à neuf peines de prison à perpétuité par le tribunal de grande instance de Durban en Afrique du Sud le vendredi 26 mars. 

L’homme a en outre été condamné à 173 ans de prison après avoir été reconnu coupable de 56 chefs d’accusation pour viol, traite d’êtres humains, toilettage sexuel, abus sexuels et distribution de pornographie juvénile. 

Un Sud-africain écope de 400 ans d'emprisonnement pour avoir violé sa belle-fille

Le Sunday Times Daily a rapporté que l’homme, un électricien automobile de métier qui ne peut pas être nommé pour protéger l’identité de l’enfant, avait également délibérément lacé ses doigts avec de l’acide pour brûler ses empreintes digitales dans une tentative apparente de l’empêcher d’être lié à d’autres crimes.

Publicité

Il a été arrêté en juin 2018 à son domicile de Verulam, au nord de Durban, après que l’enfant se soit confié à un voisin sur les abus présumés.

Le voisin a rallié un groupe de femmes qui ont confronté l’homme à son retour du travail. 

Un Sud-africain écope de 400 ans d'emprisonnement pour avoir violé sa belle-fille
L’accusé lors de son arrestation en juin 2018

Le porte-parole de la société de sécurité privée Reaction Unit SA (Rusa), Prem Balram, a déclaré qu’ils avaient été appelés à l’aide après qu’un groupe de résidents eut découvert des vidéos horribles des viols sur le téléphone portable de l’homme. 

«Son téléphone portable a été confisqué et plusieurs enregistrements vidéo de viol ont été retrouvés. Des enregistrements d’autres hommes et femmes se livrant à des activités sexuelles avec l’enfant ont également été retrouvés sur la carte mémoire. Des photos de l’accusé utilisant de la lingerie féminine ont également été découvertes sur le téléphone. « 

Des godes et autres jouets sexuels utilisés pour pénétrer la fille lors d’actes sexuels ont également été confisqués à la maison. 

Au cours du procès, il a été révélé que l’homme avait violé sa belle-fille depuis la mort de sa mère en 2013 presque tous les deux jours dans leurs résidences de Benoni, Effingham, Pinetown, Reservoir Hills, Sydenham et d’autres régions du Gauteng et du Kwazulu-Natal.

Le juge Mohini Moodley a déclaré l’accusé coupable des 56 chefs d’accusation et a déclaré qu’il devrait être enregistré comme délinquant sexuel et ne pas être autorisé à approcher un enfant

Moodley a déclaré que le beau-père avait prostitué l’enfant pour un gain financier et que l’enquêteur, Nevarge Lutchminarain de l’unité de lutte contre la violence familiale, la protection de l’enfance et les infractions sexuelles de Verulam, devrait porter plainte contre tous ceux qui ont abusé de l’enfant sexuellement. 

En lisant sa longue phrase, Moodley a déclaré que l’homme n’avait montré aucune empathie envers l’enfant, la déplaçant d’une maison à l’autre. En l’empêchant d’avoir toute communication avec d’autres enfants ou sa communauté.

Elle a dit qu’elle trouvait troublant qu’avec ses trois jeunes filles biologiques, l’accusé ne ressentait rien pour la survivante, mais l’avait plutôt exposée à la pornographie et recruté d’autres personnes pour la soigner.

Le juge Moodley a déclaré que l’homme était motivé par son propre ego et ses mensonges. Cela était évident dans la façon dont il a jadis fait irruption hors de la barre des témoins et lancé des insultes et des menaces au tribunal tout en prétendant être victime de trahison.

Elle a également expliqué que même si un délinquant pour la première fois – la réadaptation était hors de l’équation, car une fois qu’un crime odieux est commis à plusieurs reprises à un tel point, la sécurité de la communauté a la priorité.

Publicité 2

L’agent enquêteur, Lutchminarain avait précédemment détaillé comment l’accusé avait menacé tous ceux qui, selon lui, avaient contribué à son incarcération.

«J’ai parlé au demandeur et il m’a dit de transmettre un message à la victime, en particulier de ne pas oublier ce qu’il lui avait promis. Quand je lui ai parlé, elle a dit que le demandeur lui avait dit que si elle allait à la police, ils le feraient. tous les deux seraient enfermés et il la mettrait au même endroit où il avait mis sa mère », a-t-il dit.

La maison d’une chambre où l’homme avait gardé la fille en otage pendant des années avait une entrée avec une porte verrouillée et des fenêtres obscurcies par du papier journal. 

Le violeur purgera sa peine de presque 400 ans de prison au centre correctionnel de Westville à Durban. 

Un Sud-africain écope de 400 ans d'emprisonnement pour avoir violé sa belle-fille
Un Sud-africain écope de 400 ans d'emprisonnement pour avoir violé sa belle-fille

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page