SantéSociété

Variole du singe : le « Monkeypox » pourrait bientôt changer de nom à cause de l’Afrique

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu’elle travaillait avec des experts pour trouver un nouveau nom pour la variole du singe -monkeypox.

L’annonce intervient après que plus de 30 scientifiques ont écrit la semaine dernière sur le « besoin urgent d’un nom non discriminatoire et non stigmatisant » pour le virus et la maladie qu’il provoque.

Les scientifiques ont déclaré que la référence continue au virus comme africain est à la fois inexacte et discriminatoire.

Environ 1 600 cas de la maladie ont été enregistrés dans le monde ces dernières semaines tandis que 72 décès ont été signalés dans des pays où la variole du singe était déjà endémique.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle tiendrait une réunion d’urgence la semaine prochaine pour déterminer s’il convient de classer l’épidémie comme une urgence de santé publique de portée internationale – la plus haute alarme que l’agence des Nations Unies puisse sonner.

Les seules autres maladies que l’OMS a classées comme telles dans le passé sont la grippe porcine, la polio, Ebola, Zika et Covid.

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré : « L’épidémie de monkeypox est inhabituelle et préoccupante. Pour cette raison, j’ai décidé de convoquer la semaine prochaine le Comité d’urgence en vertu du règlement sanitaire international, afin d’évaluer si cette épidémie représente une urgence de santé publique de portée internationale. »

Un nouveau nom pour le virus qui a été suggéré par les scientifiques est hMPXV.

Les épidémies précédentes ont été principalement confinées à des régions d’Afrique où les rongeurs – et non les singes – sont considérés comme le principal hôte animal.


Pour rappel, cette maladie est le plus souvent bénigne mais sa diffusion en dehors des zones endémiques, principalement en Europe, reste une source de préoccupation.

LIRE AUSSI: Monkeypox ou Variole du singe : un pays d’Afrique de l’ouest enregistre un premier décès (afrikmag.com)

Elle se traduit d’abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croûtes. Le virus peut se propager lorsqu’une personne est en contact étroit avec une personne infectée.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page