France

Vegedream : Le récit de sa galère à sa belle ascension sociale

D’origine ivoirienne, Vegedream est né à Orléans. Il est le deuxième d’une famille de cinq enfants. Son père faisait la musique tout comme son oncle, Ziké, un chanteur ivoirien réputé. Sa mère est assistante maternelle. Il grandit à La Source, un quartier sensible de la préfecture du Loiret. «Les gens étaient en mode gangsta. Tous mes amis qui sont restés là-bas sont en prison aujourd’hui.», Relate-t-il.

Jeune adolescent, il traînait un peu dehors et était souvent soupçonné de vols et de bagarres en réunion. Lorsqu’il devient majeur, Vegedream débarque à Paris, les poches vides. Il veut être danseur de r’n’b. Il galère, squatte chez la famille ou chez des copines.

Publicité

Avant la célébrité, le jeune homme dormait parfois dehors ou dans des trains, gare Montparnasse, jusqu’à se réveiller, un matin, à Limoges:  «Les gens ne connaissent pas les grosses galères que j’ai eues. Ils ont l’impression que le succès est arrivé d’un coup mais on a fait des gros flops.» 

Vegedream : Le récit de sa galère à sa belle ascension sociale

Pour louer les studios nécessaires aux enregistrements, il enchaîne les petits jobs, comme livreur d’un restaurant chinois. Un de ses manageurs, Amadou, se souvient : «Il est arrivé tout maigre et timide. On l’a vu grandir. Il dormait dans le studio et il faisait des pâtes dans la cafetière.»

Depuis la sortie de la chanson Ramenez la coupe à la maison Vegedream est devenu le chanteur le plus aimé de l’équipe de France championne du Monde. C’est en allant écouter les sons à la mode en boîte, comme au VIP Room sur les Champs, qu’il a compris le genre de pop urbaine qu’il devait créer pour réussir.

Vegedream : Le récit de sa galère à sa belle ascension sociale

En raison de l’accessibilité de ses chansons, son succès auprès des ados et quelques adultes, Vegedream ne s’arrête plus. Il est sollicité sans arrêt. A peine a-t-il pris son repas, un concert à Bordeaux l’attend. Avec la célébrité viennent les contraintes. Il le regrette déjà : «Je me couche tard le soir et je n’arrive pas à m’endormir. Je prends des somnifères et je peux me réveiller la tête en feu. Tu craques parfois. Tu as envie de ne plus rien faire, de ne plus bouger. J’en parlais avec un ami, il m’a répondu : “T’es con, tu voulais être célèbre, assume. Tu vas faire le taf jusqu’au bout, tu n’as pas intérêt à nous décevoir.”»

Vegedream : Le récit de sa galère à sa belle ascension sociale

Vegedream évoque déjà la suite et sa volonté de ne pas rester l’homme d’un titre, comme tant d’autres : «En fait, tu ne peux plus revenir en arrière. Tu ne peux pas du jour au lendemain redevenir anonyme, marcher et prendre le métro sans que personne te fasse chier.» 

Vegedream : Le récit de sa galère à sa belle ascension sociale

Publicité 2


 

Crédit photo: Onze Mondial

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer