AsieDivers

Indonésie : Victime d’harcèlement sexuel, elle écope d’une lourde peine de prison

Une Indonésienne a été condamnée à six mois de prison après avoir été victime de harcèlement sexuel de la part de son employeur.

Baiq Nuril Maknun, 37 ans, a enregistré une conversation téléphonique avec le directeur de l’école où elle travaillait sur l’île indonésienne de Lombok. Elle accuse son directeur d’avoir fait des avances sexuelles non désirées répétées, a déclaré son avocat Joko Jumadi.

La plus haute Cour d’Indonésie l’a reconnue coupable d’enregistrement et de diffusion de matériel « indécent » en vertu de la loi sur l’information et les transactions électroniques du pays après qu’un collègue a utilisé l’audio pour déposer une plainte officielle contre le directeur de l’école.

Publicité

« Les juges de la Cour suprême sont convaincus qu’elle a violé la loi », a déclaré jeudi à la Fondation Thomson Reuters le porte-parole de la Cour, M. Suhadi.

Suhadi a déclaré que le tribunal l’avait condamnée à six mois de prison et à une amende de 500 millions de roupies (soit 26 800 livres sterling) après avoir annulé un acquittement prononcé en 2017 par une juridiction inférieure.

Selon les militants, la décision de la Cour suprême est une « parodie. »

« Il semble qu’une femme a été condamnée simplement parce qu’elle a pris des mesures pour remédier aux mauvais traitements subis», a déclaré Usman Hamid, directeur exécutif d’Amnesty International Indonésie.

« C’est une parodie que bien que la victime de l’abus allégué ait été condamnée… les autorités semblent avoir pris peu de mesures, voire aucune, pour enquêter sur ce qui semble être des allégations crédibles. »

Maidina Rahmawati, de l’Institut pour la réforme de la justice pénale, une organisation à but non lucratif basée à Djakarta, a déclaré que la décision pourrait être utilisée pour dissuader d’autres victimes de signaler de futurs abus.

« Cette affaire n’est qu’un exemple de la façon dont la loi, qui est trop vague, pourrait être utilisée contre les femmes vulnérables qui essayaient de se protéger » a-t-elle souligné.

Selon une enquête publiée l’année dernière, un tiers des femmes indonésiennes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles, ce qui a incité les militants à exiger des mesures.

L’avocat de Mme Maknun, Me Jumadi, a déclaré que la mère de trois enfants déposerait une demande de révision judiciaire pour contester la décision du tribunal, mais pourrait être détenue par les autorités à tout moment.

Pub


« C’est une victime et elle veut juste que justice soit faite », a expliqué son avocat.

Une campagne de financement a été mise sur pied afin de recueillir des fonds pour l’aider à payer l’amende. Plus de 240 millions de rupiah (soit 13 150 livres sterling) ont déjà été recueilli.

Crédit photo : pelpnews

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer