Football

Wilfried Zaha invite Twitter et Instagram à s’impliquer davantage dans la lutte contre le racisme !

Au micro de CNN Sport, l’ailier de Crystal Palace a récemment été victime d’abus raciaux répugnants sur les plateformes de médias sociaux et a demandé à ces dernières de faire plus pour contrôler correctement leurs utilisateurs.


Alors que la frénésie sur son avenir se poursuit, Wilfried Zaha a des choses plus importantes à faire. L’ailier de Crystal Palace s’est joint à des personnalités comme Marcus Rashford, Raheem Sterling et Jadon Sancho pour utiliser sa plateforme afin de demander des actions contre les abus racistes que lui et d’autres ont endurés pendant des années. « Je suis donc fier de voir Raheem et Marcus parler et faire un changement, » s’est enthousiasmé l’Ivoirien au micro de CNN Sport.

 

Publicité

Pendant trop longtemps, dans le football, être Noir a consisté à accepter des choses que les générations précédentes ne pouvaient pas changer. Des bananes sur le terrain à l’époque, des émojis à la banane et des insultes en ligne aujourd’hui.

La génération de Zaha est déterminée à changer tout cela. « Oui, nous le sommes. Je suis si heureux quand je vois que les autres jeunes joueurs noirs n’en ont plus. Je suis fier de le voir, car cela fait trop longtemps. Vous ne pouvez pas rester assis et l’accepter. Trop, c’est trop. Comment m’acclames-tu quand je marque des points ? Et si je ne fais pas ce qui te plaît, je redeviens un singe ? En quoi cela a-t-il un sens ? » Demande la star des Eagles.

Le déclenchement, il y a deux semaines de cela, lorsqu’un jeune de 12 ans a ciblé son compte Instagram avec des propos racistes. Suite à ces injures racistes à l’encontre de Zaha, les sociétés de médias sociaux avaient indiqué avoir renforcé leurs règles pour empêcher qu’une telle action se reproduise. Mais selon l’Ivoirien tous les joueurs noirs ont été victimes d’abus similaires et que les modifications des médias sociaux ne vont pas assez loin.

« Même après l’âge de 12 ans, j’ai signalé 50 comptes de cette semaine où j’ai été victime d’abus racistes. Que se passe-t-il ? Ces comptes ont été bloqués, puis un nouveau compte a été créé juste après ? Avec tout ce que nous enregistrons ces jours-ci, nous devons donner une sorte d’identification. Pourquoi n’est-ce pas la même chose pour Instagram ou Twitter ? » S’est interrogé le joueur de Palace.

 Avant d’ajouter : « Parce que c’est là que les gens ont tendance à dire ce qu’ils pensent vraiment des gens, même si c’est blessant ou raciste. J’ai parcouru mon compte Instagram et il y a une section où vous pouvez bloquer certains mots. J’ai dû écrire des mots racistes que je ne veux pas voir sur mon compte le signe du singe, noircir ci, noircir ça. Tout ça. J’ai essayé moi-même parce que les plateformes de médias sociaux n’en font manifestement pas assez. »

 

Zaha parle au nom de toutes les victimes. « Je sais que je parle au nom de la majorité des gens qui traversent cette épreuve. J’ai vu Ian Wright et Raheem en parler. Ce n’est pas bon. Des choses doivent être faites. Les mots ne suffisent plus maintenant. Il n’y a plus de déclarations. Vous pouvez vous inscrire comme enfant de neuf ans sur Instagram et ils ne le sauraient pas, » a déclaré. Il s’est de nouveau interrogé : « Quel est l’âge pour s’inscrire ? Treize ans. Le garçon qui m’a maltraitée à douze ans. Comment fait-il pour y entrer ? Quels sont les contrôles qu’ils font ? ». 
 

Wilfried Zaha poursuit en se souvenant des injures racistes qu’il a subies lorsqu’il était adolescent et évoluait sous le maillot des Reds Devils. « J’avais 17, 18 ans. C’était avant un match contre Manchester United”, a-t-il dit. Un message m’appelant “Black this” et me disant : “J’espère que tu te casseras les jambes et que tu retourneras dans les bidonvilles de Croydon. Je me suis dit : “Pourquoi quelqu’un enverrait-il une telle haine sans raison ? Je n’ai pas compris.” S’est rappelé le joueur de 27 ans. 
 

Publicité 2

Cependant, Wilfried Zaha, pense que c’est inutile lorsque les joueurs portent des tee-shirts avec pour slogans “Black Lives Matter” au dos pour faire passer leurs messages antiracistes.

« Nous ne devrions pas avoir à mettre “Black Lives Matter” pour montrer que nous comptons au dos de nos chemises. Nous sommes en 2020. Pourquoi est-ce même contesté ? Nous ne devrions pas rester assis ici à dire que nous comptons et à donner des raisons pour cela. Alors, oui, c’est bien de voir que cet effort est maintenant mis en œuvre. Mais j’espère que cette pression sera maintenue. Il ne sert à rien que je fasse une interview complète ici et que je retourne ensuite à l’abus racial sur mon téléphone ». A-t-il conclu.


En pleine lutte contre le racisme, Wilfried Zaha n’oublie pas aussi son avenir. En effet, il pourrait quitter son club cette année pour un nouveau club. Rappelons qu’il est arrivé à Crystal Palace en 2015. 

Tags

Boa Jules

Hello ! Je suis Boa Jules Akon, journaliste sportif et culturel, lisez mes articles sur Afrikmag, merci.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer