Afrique

Zambie: Un leader politique s’oppose à l’interdiction des poupées sexuelles

Sean Tembo, le fondateur et leader du Parti des patriotes pour l’économie (PEP) a condamné l’interdiction des poupées sexuelles par le gouvernement. L’opposant évoque le principe de la liberté individuelle établie par la constitution et celui du libre–arbitre énoncé dans la bible.

Selon BBC Africa, ce dernier est en désaccord avec le ministre de l’Orientation et des Affaires religieuses du pays, Godfridah Sumahili, qui avait déclaré que le gouvernement ne permettrait jamais l’usage de ses objets.

Publicité

« Ce que l’honorable ministre des affaires religieuses essaie de faire en menaçant à tort ceux qui souhaitent acheter des poupées sexuelles, c’est qu’elle essaie d’imposer ses valeurs personnelles au reste de nos citoyens, ce qui est une violation de la Bible et de notre Constitution qui encourage et protège le droit d’un individu à exercer son-libre arbitre », a déclaré M. Tembo.

« Il faut noter que le salut est un choix individuel et ne doit pas être imposé par l’Etat », a-t-il ajouté.

La police zambienne a récemment décrété l’illégalité de l’importation, la possession et la vente des poupées sexuelles en vertu de la loi qui stipule que l’usage de ces objets relève de l’obscénité.

Le débat autour des poupées sexuelles bat son plein. Les créateurs de ces objets soutiennent qu’elles peuvent remplacer les prostituées, réduire le trafic sexuel et combler la solitude, tandis que les critiques affirment qu’elles chosifient les femmes et normalisent le sexisme et la culture du viol.

Crédit photo : afrikmag

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page