Afrique
A la Une

10 ans après l’assassinat de Mouammar Kadhafi : un récit de ses derniers jours

Qui a tué Mouammar Khadafi ? Jusqu’aujourd’hui, personne n’a de réponse à cette question.

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État en 1969 avant d’être renversé en 2011. Bien que certains affirment que son leadership a apporté de nombreuses réformes socio-économiques au pays, il a été critiqué par d’autres qui le qualifiaient de dictateur.

Il y a dix ans, il a été évincé à la suite d’une intervention militaire internationale menée par la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le révolutionnaire et homme politique a été raflé par les rebelles dans sa cachette, puis tué. Les manifestations antigouvernementales avaient commencé en Libye en février 2011, huit mois avant son assassinat. Ces manifestations, qui s’inspiraient des soulèvements réussis en Tunisie et en Égypte, se sont ensuite transformées en guerre civile, les forces loyales à Kadhafi affrontant les groupes d’opposition armés.

Le 28 août 2011, Kadhafi et deux de ses fils ont fui la capitale libyenne, Tripoli, qui commençait à tomber aux mains des rebelles. Mais Khamis, l’un des fils du dirigeant libyen, a été tué dans la journée par ce que l’on pense être une frappe aérienne de l’OTAN. Un autre fils de Kadhafi, Saif al-Islam, a réussi à se rendre dans la ville de Bani Walid, mais il est rapidement tombé aux mains des rebelles. Kadhafi a fui vers la ville côtière libyenne de Syrte, sa ville natale.

Publicité

LIRE AUSSI: Libye/ 9 ans après l’assassinat de Kadhafi : les Libyens ont enfin la démocratie…du chaos.

Selon un rapport de Human Rights Watch cité par le Washington Post, qui s’est penché sur les déplacements du dirigeant libyen au cours de ses derniers jours en se fondant essentiellement sur le récit de combattants loyalistes, Kadhafi est arrivé à Syrte avec un chauffeur personnel, un petit contingent de gardes du corps et un responsable de la sécurité de l’État nommé Mansour Dhao. Kadhafi s’est installé dans les immeubles d’habitation du petit centre-ville, où il a rencontré deux responsables de son administration pour discuter de la guerre civile en cours. L’un de ces deux responsables était le fils de Kadhafi, Mutassim. Il rendait régulièrement visite à son père lorsqu’il commandait les défenses de Syrte.

Alors que les rebelles entraient dans Syrte et que les combats se déplaçaient vers le centre-ville, Kadhafi a décidé de s’installer dans un quartier moins peuplé à l’ouest de la ville, selon le rapport.

« Bunkérisés et craignant de s’exposer, Kadhafi et ses gardes du corps se sont déplacés entre des maisons abandonnées, luttant pour trouver une source fiable de nourriture. Le dictateur de longue date, qui a siphonné des milliards de dollars de la richesse pétrolière pour son usage personnel, et ses gardes ont fouillé dans les placards des maisons vides pour trouver des pâtes et du riz. De nombreux réservoirs d’eau avaient été endommagés lors des combats, rendant l’eau potable difficile à trouver », écrit le Washington Post.

Lire aussi: http://Ce qu’il faut savoir sur Mouammar Kadhafi et son rêve des États-Unis d’Afrique

Pendant des semaines, Kadhafi a passé la plupart de son temps à lire le Coran et à prier. « Il n’y avait aucune communication, pas de télévision, rien », a déclaré plus tard Dhao, le responsable de la sécurité, à Human Rights Watch, ajoutant qu’ils disposaient d’un téléphone satellite qu’ils utilisaient pour appeler les personnes ayant accès à une télévision afin de savoir ce qui faisait l’actualité.

« Nous n’avions aucune tâche, nous étions juste entre le sommeil et l’éveil », a raconté Dhao. Il a ajouté que, par crainte que leur emplacement soit découvert, ils se déplaçaient tous les quatre ou cinq jours. Et ils n’utilisaient qu’une ou deux voitures pour se déplacer. Il est possible que ces voitures soient tout ce qu’ils avaient ou qu’ils ne voulaient pas se faire remarquer. Alors qu’ils continuaient à se déplacer, Kadhafi a changé, « devenant de plus en plus en colère », se souvient Dhao.

« Il était surtout en colère contre le manque d’électricité, de communications et de télévision, contre son incapacité à communiquer avec le monde extérieur. Nous allions le voir et nous nous asseyions avec lui pendant une heure environ pour parler avec lui, et il demandait : « Pourquoi n’y a-t-il pas d’électricité ? Pourquoi il n’y a pas d’eau ? »

Le 19 octobre, Mutassim a dit à son père qu’il avait un plan. Il a dit qu’ils allaient fuir Syrte, « en traversant la ligne des rebelles qui assiègent la ville ». Kadhafi a accepté et ils ont commencé à organiser le convoi. Les gardes du corps du dirigeant libyen ont fait monter des habitants et des blessés dans un convoi d’une cinquantaine de véhicules, pour la plupart des pick-up quatre par quatre. Ils ont également chargé les véhicules d’armes, notamment de mitrailleuses.

Le plan prévoyait un départ à 3 h 30 ou 4 h du matin, mais ils ont tardé à organiser le convoi et sont donc partis à 8 h. À ce moment-là, de nombreuses milices rebelles avaient regagné leurs positions et la « plaine désertique plate était brillamment éclairée », selon le Washington Post. Les forces du Conseil national de transition avaient également renforcé leur emprise sur Syrte.

Lire aussi: http://Comment la vision de Mouammar Kadhafi pour une Afrique sans dette a conduit à sa mort

Alors que Kadhafi et son équipe tentaient de s’échapper de Syrte, les rebelles se sont rapidement attaqués au convoi. Peu de temps après, un missile a atterri à côté de la voiture de Kadhafi. Dhao a été blessé par l’explosion. Alors que le convoi poursuit sa route, il tombe sur des milices rebelles de Misurata. Le convoi a commencé à tirer sur les rebelles. C’est à ce moment-là que les avions de chasse de l’OTAN ont largué deux bombes à guidage laser « PAVEWAY » de 200 kg chacune, détruisant une douzaine de voitures alors que les camions chargés de munitions prenaient feu. La frappe a dispersé le convoi en plusieurs groupes.

Kadhafi et un contingent de gardes du corps personnels, ainsi que son fils Mutassim et son ministre de la défense, ont sauté de leurs véhicules et se sont enfuis à pied dans une maison abandonnée. Les rebelles les ont suivis.

« Nous y avons trouvé Mouammar portant un casque et un gilet pare-balles. Il avait une arme de poing dans sa poche et portait une arme automatique », a raconté le fils du ministre de la Défense. Mutassim a rapidement été capturé et tué alors qu’il tentait de mettre son père et l’équipe en sécurité.

« Ensuite, la villa a commencé à être bombardée et nous nous sommes enfuis », se souvient le fils du ministre de la Défense. « Il y avait beaucoup de blocs de construction en ciment à l’extérieur et nous nous sommes cachés parmi eux, avec les familles et les gardes. »

Publicité 2

Kadhafi et une dizaine d’autres personnes ont couru jusqu’à un tuyau de drainage situé à proximité et passant sous la route. Ils s’y sont faufilés, mais les rebelles les ont trouvés lorsqu’ils sont sortis, selon le rapport de Human Rights Watch. L’un des gardes du corps de Kadhafi a essayé de lancer des grenades sur les rebelles, mais l’une des grenades a rebondi sur un mur en béton et a atterri près de Kadhafi.

Lire aussi: https://www.afrikmag.com/quest-ce-que-je-vous-ai-fait-les-derniers-mots-de-mouammar-kadhafi-aux-rebelles-avant-sa-mort/

« Le garde du corps s’est penché pour récupérer la grenade lorsqu’elle a explosé, lui arrachant le bras et blessant à la fois Kadhafi et le ministre de la Défense », rapporte le Washington Post.

Kadhafi s’est mis à saigner à cause d’une blessure à la tête et a rapidement été arrêté par les rebelles qui ont commencé à le battre. Il a même été poignardé dans l’anus avec une baïonnette. « C’était une scène violente, on l’a mis à l’avant d’un pick-up qui a essayé de le faire partir, et il est tombé », a déclaré un commandant rebelle à Human Rights Watch. « Nous avons compris qu’il devait y avoir un procès, mais nous ne pouvions pas contrôler tout le monde, certains ont agi au-delà de notre contrôle. »

On ne sait toujours pas ce qui s’est passé ensuite. Human Rights Watch a déclaré qu’une vidéo de la scène filmée par téléphone semblait montrer « le corps presque nu et apparemment sans vie de Kadhafi en train d’être transporté dans une ambulance, ce qui suggère qu’il était peut-être mort au moment où il a quitté sa zone de capture. »

Deux heures plus tard, l’ambulance est arrivée à Misurata, et les images sanglantes du cadavre de Kadhafi ont rapidement été diffusées dans le monde entier.

À ce jour, on ne sait pas qui a tué Kadhafi. Il se peut qu’il soit mort sous les coups de la foule ou que ses blessures, y compris l’explosion de la grenade, lui aient coûté la vie. Il se peut également qu’il ait été tué avant d’être placé dans l’ambulance ou quelques instants après, avant d’arriver à Misurata. « Certains combattants de la milice de Benghazi affirment avoir abattu Kadhafi au cours d’une dispute avec des combattants de Misurata sur l’endroit où l’emmener, mais leurs affirmations ne sont pas confirmées », selon le rapport de Human Rights Watch cité par le Washington Post.

Crédit photo: mailandguardian

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page