Côte d'IvoireCulture & LoisirsShowbiz

Affaire Namcebo ne connaît pas d’artistes ivoiriens, un journaliste crache ses vérités : “C’est un manque de respect”

Présente à Abidjan depuis le week-end dernier dans le cadre de son concert au Palais de la Culture de Treichville, l’interprète sud-africaine du tube à succès, Jerusalema, Namcebo Zikode en collaboration avec Master KG, était invitée dans une émission sur la radio Nostalgie dans laquelle elle a fait une forte déclaration qui a choqué plusieurs fans ivoiriens notamment le journaliste et écrivain, André Sylver Konan. 

« Une sortie honteuse ». « Une foutaise, » selon certains internautes qui ont réagi suite à la déclaration de l’artiste sud-africaine Namcebo Zikedo,  affirmant ne pas connaître les artistes ivoiriens même les plus célèbres dont Alpha Blondy, Meweiy et Aicha Koné. 

 À cette sortie s’ajoute celle de Maître Gims lors de son passage à Abidjan dans le cadre de son concert le 25 décembre 2020 dernier, il avait indiqué sur Trace FM qu’il ne connaissait pas Babi Philippe. Sa sortie avait créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux… 

Affaire Namcebo ne connaît pas d’artistes ivoiriens, un journaliste crache ses vérités : "C'est un manque de respect"

André Sylver Konan, Journaliste d’investigation ivoirien n’a pas du tout apprécié le comportement de ces artistes étrangers : “C’est un manque de respect, ” s’est-il insurgé. 

Dans son intervention à ce sujet, il a tenu à recadrer cette dernière. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le journaliste n’est pas passé par quatre chemins pour cracher ses vérités:

Pour moi, c’est un manque de respect Nomcebo Zikode à l’endroit des artistes ivoiriens. Je peux me rendre dans un pays, sans y connaître un seul journaliste auparavant, c’était le cas en Tanzanie, l’année dernière. Mais avant de m’y rendre, j’ai pris soin de faire des recherches sur les journalistes connus de ce pays et les médias qui font autorité, de sorte que si on me posait la question dans ce pays, je me serais prononcé avec des détails sur des journalistes et médias nationaux. Je répète : c’est un manque de respect et nos médias servent de plus en plus à l’exposition de cette forme d’injure, sans que sur les plateaux, certains tentent des recadrages. Ceci est un avis personnel, qui n’a rien de chauvin, ni de patriotique, c’est une question de culture et d’élégance. Je peux me tromper.” A-t-il déclaré. 

Boa Akon

Hello ! Je suis Boa Jules Akon, journaliste sportif et culturel, lisez mes articles sur Afrikmag, merci.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button