Divers

Cet  ancien millionnaire vit depuis vingt ans sur une île déserte. Découvrez pourquoi (Vidéos)

David Glasheen , un magnat de l’immobilier australien a tout perdu. Dix ans auparavant, il avait perdu l’ensemble de sa fortune évaluée à 28,4 millions de dollars (25,5 millions d’euros) à la suite d’un krach boursier. Il s’est ensuite installé sur Restoration Island, une île déserte australienne. “Je veux mourir ici, où irais-je sinon? C’est mon paradis sur Terre”, affirme ce Britannique de 73 ans dans le Mirror.

Après avoir perdu sa fortune colossale, il décide de changer radicalement  de vie.

Publicité

Il vit pendant dix ans dans la pauvreté jusqu’en 1997, date à laquelle il décide de partir vivre sur une île déserte en face de la côte nord-est de l’Australie.

L’homme y vit désormais de manière permanente depuis 20 ans maintenant, avec pour seuls compagnons son fidèle chien “Quasi”, ainsi qu’une poupée en plastique.

https://youtu.be/ehSjRDOQt6o

Les autorités australiennes ont permis à David Glasheen de vivre sur l’île en échange du développement des infrastructures touristiques des lieux.

S’il est régulièrement menacé d’expulsion, cet homme des temps modernes, espère bien finir ses jours sur son île.

“Quand je suis arrivé ici, j’étais malade à cause de l’argent – l’argent est ce qui détruit les gens – et mon mariage s’est brisé”, affirme David Glasheen. Et d’ajouter: “Ce que je préfère ici, c’est le fait d’être en paix et de profiter de la nature, c’est un endroit magnifique dans une partie oubliée du pays”.

Emeraude ASSAH

Tags

Emeraude Assah

Je suis Emeraude ASSAH, journaliste professionnelle en exercice sur le territoire ivoirien. Merci de suivre mes actualités en politique, société etc... J'adore cuisiner et voyager! emeraudeassah@Afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer