À la UneCôte d'IvoirePolitique

Base aérienne de Daloa/ Le Ministre de la Défense interpellé sur un problème foncier

La construction de la base aérienne de Daloa pourrait être compromise dans quelques temps. Un litige entre le promoteur et les villageois est à la base de cette affaire. A Daloa, M. Akoto Assamoi Ernest est décrié dans sa façon de gérer ce projet cher au ministère de la Défense.

Akoto Assamoi Ernest, Aménageur Foncier, est en bisbilles avec des populations de Daloa. Le problème qui oppose M. Akoto et les plaignants est relatif à la construction de la Base aérienne de Daloa. Pour la construction de cette emprise militaire, l’Etat s’est engagé à racheter des parcelles de terres aux villages environnants. Et selon des documents en notre possession, M. Akoto est l’aménageur à qui l’opération a été confiée.

Publicité

Mais aujourd’hui, il se passe des choses curieuses entre les villageois. Selon M. Bahi Gosse Patrice, Akoto Assamoi Ernest essaie de monter les villageois les uns contre les autres. De ses explications, on retient que M. Akoto n’est pas très clair sur leur dédommagement. Il indique ce sont 3 villages qui sont concernés. Dans son village par exemple, il détient la plus grande parcelle qui servira à la construction de la base aérienne. 62 hectares, assure-t-il.

Il interpelle le ministre de la Défense sur le fait qu’il y a un flou sur le prix du Mètre carré du rachat de ses terres et celles de ses parents. D’après lui, le prix du Mètre carré aurait fixé par le Préfet à 1000 FCFA. Sur ces 1000 FCFA, il révèle que l’Aménageur, Akoto, propose de prendre 400 FCFA et les villageois 600 FCFA. Un partage qu’il dénonce et exige qu’un document indiquant clairement le prix que l’Etat a payé, soit produit par M. Akoto. Auquel cas, il y aura une opposition.

Pourquoi ? Parce qu’ aux dires du plaignant et ses partisans, ce partage équivaudrait à donner au moins 2 milliards de FCFA à M. Akoto. Ils trouvent d’abord que sa part est assez, mais surtout ils veulent voir un peu plus clair dans l’affaire. Aujourd’hui, M. Bahi dit s’en remettre à la justice et surtout au ministre de la Défense. Le Ministre d’Etat, Téné Birahima Ouattara est appelé à regarder de près ce dossier sensible. Il s’agit d’au moins 695 hectares révèlent-ils.

Lire aussi: Rentrée de Paris, la femme d’Alpha Condé parle du Colonel Doumbouya

Publicité 2

Joint au téléphone pour avoir sa version sur les accusations dont il fait l’objet, M. Akoto dit ne pas avoir de problèmes avec les villageois. Il a demandé qu’on se déplace à Daloa pour venir interroger les chefs de terre etc. A la question de savoir s’il avait communiqué le prix du mètre carré fixé par l’Etat aux villageois, et s’il est vraiment l’Aménageur foncier, il s’énerve et raccroche. Ensuite, il rappelle et menace: « Si vous écrivez des choses sur moi, je vais vous poursuivre« . Avant que nous lui posions une autre question, il raccroche.

Les villages concernés sont Bekipréa, Zakoua, et Gbetitapéa. Les 3 de villages, qui ont eu une rencontre avec le Préfet, 24 novembre, sur la question du prix du mètre carré, doivent rencontrer M. Akoto. Les villageois veulent 800 FCFA sur les 1000 Fcfa, quand Akoto campe sur sa position, selon eux. Il s’agit donc d’une rencontre pour tenter de négocier à nouveau le prix du mètre carré avec M. Akoto. Avant que l’affaire ne prenne une autre tournure.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page