People

Blue Ivy Carter, la fille de Beyoncé au cœur d’un conflit judiciaire

Beyoncé essaie devant les tribunaux d’empêcher une entreprise d’organisation d’événements d’utiliser le nom de sa fille, Blue Ivy. Mais la partie n’est pas gagnée d’avance.

Publicité

Mauvaise surprise

En 2012, la chanteuse afro-américaine a déposé la marque Blue Ivy Carter au registre américain, au départ pour  » protéger sa fille « . Ensuite cette action s’inscrivait dans la perspective potentielle de faire du commerce et de lancer des produits avec ce nom. Le hic, c’est qu’au moment du renouvellement du dépôt en 2017, une mauvaise surprise a accueillie Beyoncé. En effet, elle a été déboutée de sa demande au motif qu’une entreprise, celle de Madame Veronica Morales, avait déjà déposé le nom de Blue Ivy.

Publicité

L’équipe juridique de Beyoncé soupçonne l’entreprise de Veronica Morales de vouloir profiter de la notoriété de la petite fille. Il convient cependant de noter que l’entreprise événementielle Blue Ivy & Co a vu le jour en 2009. Ce qui correspond à trois ans avant la naissance de l’enfant, et que Veronica Morales est propriétaire du nom depuis cette date.

 

Veronica Morales accuse

Madame Morales accuse d’ailleurs Beyoncé d’avoir déjà tenté d’utiliser frauduleusement le nom de Blue Ivy puisque l’un des représentants de la chanteuse, Jonathan Shwartz, avait fait le nécessaire pour déposer le nom en février 2017, au moment de lancer différentes opérations commerciales, comme une ligne de cosmétiques et d’accessoires pour cheveux. Cet argument a cependant était rejeté par le camp de Beyoncé, qui explique que M. Schwarz ne fait plus partie de son équipe depuis longtemps. La raison ? Il a été condamné à six ans de prison pour escroquerie et fraude fiscale …

Une petite réflexion pourrait cependant porter préjudice à Madame Morales. Celle-ci avait en effet profité de la naissance de la fille de Beyoncé pour signaler :  » Qui d’autres que Blue Ivy pour organiser un événement en l’honneur de la Blue Ivy de B&J « . Difficile après ça de la croire quand elle dit ne pas vouloir tirer profit de la notoriété de l’enfant.

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page