Côte d'IvoireSociété

Côte d’Ivoire: De nouveaux tirs entendus dans la ville de Bouaké

Des coups de feu ont été entendus de nouveau, samedi, dans un quartier de Bouaké, ville située au centre de la Côte d’Ivoire et épicentre des mutineries de soldats ivoiriens en 2017, selon plusieurs témoins qui se sont confiés à l’AFP, au lendemain d’un échange de tirs entre forces de défense et de sécurité ayant entraîné la mort d’un soldat.

“C’est aux alentours de 15H00 (Utc) que nous avons entendu ces coups de feu. Cela a duré au moins cinq minutes et les coups ont cessé”, a dit à l’AFP Eric Kouassi, un habitant du quartier Air France 3, assurant qu’il “n’a pas vu ceux qui ont tiré”.

Publicité

“Oui, nous avons tous entendu ces coups de feu”, a déclaré Awa Coulibaly, une commerçante du quartier.

Selon une source militaire, “effectivement, on a rapporté des coups de feu. Mais pour l’instant on n’en sait pas plus”.

“Il n’y a rien ici. Tout est calme. Je reviens moi-même du corridor sud”, a indiqué un autre officier de l’armée.

Jeudi, le général Sekou Touré, chef d’état-major des armées ivoiriennes, avait présenté “ses excuses à la nation” pour les mutineries qui avaient ébranlé le pays en 2017 et promis qu’en 2018 l’armée remplirait “son devoir”.

D’anciens rebelles intégrés dans l’armée se sont mutinés en janvier et en mai 2017, obtenant finalement le paiement de 12 millions de francs CFA (18.000 euros) pour chacun des 8.400 d’entre eux. Cette crise a terni l’image de stabilité retrouvée du pays après la crise politico-militaire de 2010-2011 et fragilisé le président Alassane Ouattara et l’équipe gouvernementale.

Dans son allocution télévisée du Nouvel An, le président Ouattara avait affirmé sa volonté de transformer l’armée en une force “véritablement républicaine”.

Fin décembre, un millier de militaires ont quitté l’armée dans le cadre d’une réforme.

Publicité 2

L’armée ivoirienne comptait avant ce départ, 23.000 hommes de rang (dont 13.000 issus de la rébellion qui a tenu le nord du pays de 2002 à 2011), et 15.000 sous-officiers, a-t-on indiqué de source militaire.

Les autorités avaient promu massivement des militaires, en intégrant d’anciens rebelles. Les experts estiment qu’une armée doit avoir 20 à 30% de sous-officiers et 65 à 70% de militaires du rang.

Hippolyte YEO

Hello, Je suis Pharel Hippolyte YEO, passionné d'High-Tech et de culture. Sur AfrikMag, je vous donne des news fraiches concernant les innovations technologiques en Afrique, le Showbiz africain et la vie de la diaspora africaine. hyeo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page