À la UneAfrique
A la Une

Comment mettre fin aux coups d’Etat militaires en Afrique ? Des dirigeants ouest-africains parlent

Plusieurs dirigeants ouest-africains, dont le vice-président nigérian, Yemi Osinbajo, l’ancien président Olusegun Obasanjo et Goodluck Jonathan, ont proposé des solutions aux coups d’État militaires en Afrique.

Ils ont proposé leurs solutions lundi, 28 mars, lors d’un événement de deux jours organisé par la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique dans le cadre des efforts en cours sur le continent africain pour contenir les menaces à la démocratie dans la région.

Parmi les autres dirigeants ouest-africains du programme figuraient une ancienne vice-présidente de la Gambie, Fatoumata Tambajanb, et l’ancien président de la Sierra Leone, Ernest Bai Koroma.

Dans ses remarques lors de la séance d’ouverture, Olusegun Obasanjo a déclaré que ces dernières années, l’Afrique de l’Ouest avait connu un retour des coups d’État, des fraudes électorales et de la violence politique.

Il a soutenu que ces réalités avaient entraîné une instabilité et une menace pour l’élan de développement que la sous-région avait pris au cours des deux dernières décennies.

Obasanjo a déclaré que l’état de la démocratie en Afrique de l’Ouest et même en Afrique nécessitait une attention urgente.

« Je me sens très triste et cela m’inquiète beaucoup de voir s’effondrer le système démocratique que nous avons péniblement construit.

« Et je crois qu’il doit y avoir une solution parce que le problème est humain et que tous les problèmes humains peuvent être résolus par des êtres humains.

« C’est pourquoi la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique, sous ma présidence, nous a tous réunis aujourd’hui.

« Il s’agit de discuter des questions pertinentes affectant la gouvernance en Afrique de l’Ouest, y compris les défis, puis de chercher la voie à suivre », a-t-il déclaré.

L’ancien président a également souligné la nécessité d’une démocratie pacifique dans le respect de la volonté du peuple afin de créer des opportunités pour de nouvelles idées, des innovations, l’esprit d’entreprise et le développement dans la région.

« Atteindre cet objectif n’est peut-être pas facile, mais c’est indispensable si nous voulons que nos nations progressent.

« Il doit s’agir d’une gestion responsable de la diversité qui fasse que chacun ait un sentiment d’appartenance et fasse partie intégrante de l’ensemble.

« La coexistence pacifique a été une caractéristique des Africains, même avant l’émergence de l’ère coloniale et nous ne pouvons rien accepter de moins à cette époque moderne », a-t-il déclaré.

Obasanjo a également souligné l’importance d’un environnement stable pour la croissance durable des économies ouest-africaines.

En outre, le vice-président Yemi Osinbajo, qui est l’orateur principal, a appelé à un effort uni contre la récession des valeurs démocratiques en Afrique.

Osinbajo est intervenu sur le thème : « Relever le défi de la consolidation de la gouvernance démocratique ».

Il a déclaré que la militarisation des sociétés civiles, que ce soit par des régimes militaires locaux ou des puissances militaires étrangères rivales, ne pouvait que faire reculer le continent de plusieurs décennies.

« Notre engagement envers la démocratisation doit être fondé sur les aspirations de notre peuple et non sur les caprices de puissances étrangères.

« La récente série de coups d’État militaires à travers notre continent et les tentatives de coups d’État militaires, non seulement aggravent le risque d’une récession démocratique préjudiciable.

«Mais cela nous ramène également aux cycles de perturbations extraconstitutionnelles qui nous tourmentaient il y a des décennies.

« Depuis 2017, il y a eu 12 coups d’État militaires en Afrique et la moitié d’entre eux ont eu lieu depuis 2020.

« Il y a deux mois, le gouvernement démocratiquement élu du Burkina Faso a été renversé, alors qu’en février seulement, il y a eu une tentative de coup d’État en Guinée-Bissau, qui a heureusement été abrogée.

«Ceci est clair; nous savons que nous ne pouvons pas sécuriser l’Afrique que nous voulons en faisant reculer les aiguilles de l’horloge démocratique.

« Nous avons déjà parcouru ces routes épineuses avec plusieurs décennies d’expérience amère », a-t-il déclaré.


Selon lui, une leçon claire de notre histoire est que le despotisme ne peut garantir la sécurité et la prospérité de notre peuple.

« Quelle que soit la gravité de notre situation, nous avons maintenant des preuves concrètes que le recours à des régimes extraconstitutionnels n’est pas la voie à suivre.

« Ces attaques contre la gouvernance constitutionnelle devraient faire l’objet d’une réflexion plus approfondie.

« Lorsque les droits sociaux et économiques ne sont pas garantis, les gens sont incapables de maximiser pleinement leurs droits civils et politiques », a déclaré le vice-président.

Osinbajo a félicité la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest pour ses mesures sévères contre les récents coups d’État dans la sous-région.

« L’imposition immédiate de sanctions aux régimes extraconstitutionnels par la CEDEAO et l’accord de l’Union africaine, non seulement démontrent notre unité d’objectif sur ces questions, mais c’est aussi une affirmation sans équivoque d’un consensus panafricain sur les normes démocratiques », a-t-il dit.

Osinbajo a souligné que l’organisme doit s’abstenir des « approches tièdes » envers les gouvernements élus qui n’agissent pas de manière conforme aux valeurs démocratiques.

« Nous avons développé un cadre punitif assez robuste et sophistiqué pour répondre aux interventions politiques extraconstitutionnelles.

«Nous n’avons cependant pas été en mesure de formuler un cadre aussi sophistiqué pour traiter les infractions des gouvernements élus qui ne respectent pas les meilleures pratiques démocratiques.

« Si cette préoccupation n’est pas prise en compte, cela renforcera la perception que les groupements régionaux, tels que la CEDEAO, ne sont rien de plus que des clubs d’élite de puissants dirigeants qui ne souhaitent que conserver leurs propres privilèges », a-t-il conclu.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page