Coronavirus

Coronavirus: les 20 pays ayant suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca

Une dizaine de pays, principalement en Europe, ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca après que des cas de formation de caillots sanguins ont été signalés chez les personnes ayant reçu le vaccin.

La Suède et la Lettonie sont devenues mardi les pays les plus récents à interrompre le déploiement du vaccin, après l’Allemagne, l’Italie, la France, l’Espagne, le Danemark, la Norvège et les Pays-Bas, entre autres.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) tiendra ce mardi une réunion pour examiner les données de sécurité disponibles sur le vaccin, bien qu’elle ait déclaré ces derniers jours que le vaccin est efficace.

Plus de 17 millions de personnes ont reçu le vaccin au Royaume-Uni et dans l’Union européenne à ce jour, et environ 40 cas de caillots sanguins ont été signalés à la date de la semaine dernière.

L’Agence européenne des médicaments (EMA), l’organisme européenne de réglementation des médicaments, se réunira jeudi pour discuter sur les informations recueillies afin de déterminer si le vaccin a contribué aux événements thromboemboliques chez les personnes vaccinées.

Bien que son enquête soit en cours, l’EMA reste d’avis que les avantages du vaccin d’AstraZeneca dans la prévention du COVID-19 l’emportent sur les risques d’effets secondaires.

AstraZeneca, qui a développé le vaccin avec l’Université d’Oxford, a déclaré qu’un examen de ses données de sécurité n’a révélé aucune preuve d’un risque accru de caillots sanguins. L’examen a porté sur plus de 17 millions de personnes vaccinées au Royaume-Uni et dans l’Union européenne.

Publicité

Mais ces assurances semblent avoir peu contribué à calmer les doutes. Voici les pays qui ont suspendu l’utilisation du vaccin à ce jour :

La Suède

Le 16 mars, l’agence de santé publique suédoise a suspendu l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca par mesure de précaution.

« L’Agence suédoise de santé publique a décidé de suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca jusqu’à ce que l’enquête de l’Agence européenne des médicaments sur les effets secondaires suspectés soit terminée », a déclaré l’agence dans un communiqué.

L’Agence suédoise des produits médicaux avait déclaré un jour plus tôt avoir enregistré 10 cas de caillots sanguins et un cas de faible taux de plaquettes chez des personnes ayant reçu le vaccin.

La Lettonie

Le 16 mars, les agences sanitaires du gouvernement letton ont annoncé une « suspension temporaire » pouvant aller jusqu’à deux semaines.

La France

Le 15 mars, le président Emmanuel Macron a annoncé que la France suspendait l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca dans l’attente d’une évaluation du vaccin par l’EMA.

L’Allemagne

Le 15 mars, le gouvernement allemand a déclaré qu’il avait mis fin à l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca en raison de nouveaux rapports faisant état de dangereux caillots sanguins liés à ce vaccin.

Le ministère de la santé du pays a déclaré que la décision avait été prise par « précaution » et sur les conseils de l’organisme nationale allemande de réglementation des vaccins, l’Institut Paul Ehrlich, qui a demandé une enquête plus approfondie sur ces cas.

L’Italie

Le 15 mars, l’agence italienne du médicament a déclaré qu’elle s’était jointe à d’autres pays européens pour suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca.

L’Espagne

L’Espagne a annoncé le 15 mars qu’elle allait suspendre l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pendant au moins quinze jours pour permettre aux experts d’examiner sa sécurité.

« Nous avons décidé de suspendre temporairement l’utilisation du vaccin AstraZeneca par précaution pour au moins les deux prochaines semaines », a déclaré à la presse la ministre de la Santé, Carolina Darias.

Le Luxembourg

Le 15 mars, le Luxembourg a déclaré qu’il suspendait l’utilisation du vaccin AstraZeneca par « mesure de précaution » jusqu’à ce que le rapport de l’EMA sur le vaccin soit disponible.

La Chypre

Le 15 mars, la Chypre a décidé de suspendre l’utilisation des vaccins AstraZeneca COVID-19 dans l’attente d’un rapport de l’EMA sur le vaccin.

Le ministère de la santé du pays a déclaré que la suspension durera jusqu’au 18 mars, date à laquelle l’EMA doit publier une révision du vaccin suite à des rapports de thrombose chez certaines personnes en Europe.

Le Portugal

Le Portugal a temporairement suspendu l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca le 15 mars, suite à des rapports faisant état de possibles effets secondaires graves.

La Slovénie

La Slovénie a annoncé le 15 mars qu’elle rejoignait d’autres nations européennes en suspendant l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca.

Le ministre de la santé, Janez Poklukar, a déclaré que le gouvernement avait pris cette décision afin de « garantir le plus haut niveau possible » de sécurité.

L’Indonésie

Le ministre indonésien de la santé a déclaré le 15 mars que le pays retarderait l’administration du vaccin en raison des rapports faisant état de caillots sanguins chez certaines personnes en Europe.

« Par prudence, l’agence pour l’alimentation et les médicaments a retardé l’utilisation du vaccin AstraZeneca car, elle attend la confirmation de l’OMS », a déclaré Budi Gunadi Sadikin.

Le Pays-Bas

Les Pays-Bas ont enregistré 10 cas d’effets secondaires indésirables notables, a déclaré un organisme néerlandais de surveillance des médicaments le 15 mars, quelques heures après que le gouvernement a suspendu le vaccin.

Le centre de pharmacovigilance Lareb a déclaré que les incidents signalés comprenaient des cas de thromboses ou d’embolies possibles, mais aucun n’incluait une baisse du nombre de plaquettes, comme cela a été signalé au Danemark et en Norvège.

L’Irlande

L’Irlande a annoncé le 14 mars qu’elle avait interrompu l’utilisation d’AstraZeneca « par mesure de prudence » après des rapports en provenance de Norvège faisait état de coagulations sanguines graves chez certaines personnes.

Le Comité consultatif national irlandais de la vaccination (NIAC) a recommandé la suspension dans l’attente d’informations supplémentaires de la part de l’EMA.

La Bulgarie

Publicité 2

Le 12 mars, la Bulgarie a temporairement interrompu le vaccin après des informations selon lesquelles une femme de 57 ans est morte quelques heures après avoir reçu une injection.

La République démocratique du Congo

La République démocratique du Congo (RDC) a annoncé le 12 mars qu’elle retarderait l’utilisation du vaccin.

La RDC a reçu 1,7 million de doses d’AstraZeneca via le programme COVAX le 2 mars, mais n’a pas encore commencé son programme d’inoculation.

« Nous entendons dire qu’en Europe, plusieurs pays ont suspendu le vaccin. Nous allons vérifier pour en savoir plus sur ce problème », a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé à l’agence de presse Reuters.

La Roumanie

La Roumanie a temporairement cessé de vacciner sa population le 11 mars. Les autorités ont décrit cette mesure comme une « extrême précaution. »

La suspension durera jusqu’à ce que l’EMA termine son enquête.

L’Islande

Le 11 mars, l’Islande a suspendu le vaccin dans l’attente des résultats d’une enquête de l’EMA.

Le Danemark

Le Danemark a annoncé le 11 mars qu’il suspendait l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pendant deux semaines, suite à des rapports faisant état de caillots sanguins chez des certaines personnes vaccinées.

L’Agence danoise des médicaments a ensuite déclaré qu’une femme danoise de 60 ans est décédée des suites d’un caillot sanguin après avoir reçu le vaccin.

La Norvège

La Norvège a également déclaré qu’elle suspendait l’utilisation du vaccin le 11 mars, par mesure de prudence face aux rapports faisant état de possibles effets secondaires graves.

Le 13 mars, les autorités sanitaires norvégiennes ont révélé que trois agents de santé – tous âgés de moins de 50 ans – qui avaient récemment reçu le vaccin d’AstraZeneca étaient traités à l’hôpital pour des saignements, des caillots sanguins et un faible nombre de plaquettes sanguines.

L’Autriche

Avant que le Danemark et la Norvège n’arrêtent leur déploiement, l’Autriche a suspendu, le 7 mars, l’utilisation d’un lot de vaccins AstraZeneca alors qu’elle enquêtait sur un décès dû à des troubles de la coagulation.

Crédit photo: aljazeera

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page