Côte d'IvoireJusticeSociété

Côte d’Ivoire/ Affaire un beau-père viole sa fille : le procureur de la république met en garde la ligue des droits de la femme

Dans un communiqué rendu public jeudi 15 avril, le Procureur de la République Adou Richard désavoue les femmes de la Ligue Ivoirienne des droits de la femme (LIDF) pour divulgation d’informations mensongères, concernant de la mineure violée par son beau-père. Les femmes avaient en effet, dénoncé dans un communiqué la mise en liberté du coupable et une non-assistance de la victime.

Il s’agit d’un nouveau cas de viol, une fois de plus puni par la loi ivoirienne. Un nommé B.S.B. abusait de sa belle-fille, une mineure de 15 ans, profitant de son autorité parentale sur sa personne. Dame DENEO GOUEHE GNONSIAN DESIREE, Secrétaire Générale de la Ligue Ivoirienne des droits des femmes (LIDF) avait donc saisi la Sous-direction de la lutte contre la Traite des Enfants et la Délinquance Juvénile.

Publicité

Sous impulsion de fausses informations divulguées sur internet relative à l’affaire, la Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes a fait cas, dans un communiqué d’une remise en liberté, de l’accusé par les officiers de Police Judiciaire, tandis qu’un mineur, également interpellé dans le cadre des investigations, aurait été auditionné par les agents enquêteurs sans aucune assistance.

Dans un communiqué, le procureur de la République a fustigé ces allégations, qui selon lui ont tendance à ternir l’image des institutions financières.

« Le Procureur de la République s’insurge contre de telles allégations mensongères, tendant à jeter le discrédit sur le fonctionnement des institutions judiciaires et sécuritaires« , peut-on lire dans le document.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Bonjour les amis moi c’est Gaetan ago je suis béninois et jaime bien les informations nationales et internationale que nos jeunes rédacteurs africains(es) nous laissent ici AfricMag. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page