Société

Togo: Elle décède en voulant interrompre une grossesse de trois mois. Explications

En voulant interrompre sa grossesse de trois mois à l’insu de ses parents,une élève, âgée de 16 ans et en classe de 3e dans un Collège à Afagnan, une  ville du Togo non loin du Bénin, a perdu la vie. Les faits se sont déroulés en février 2017.

En effet, selon les informations qui nous sont parvenues, l’interruption de la grossesse s’était déroulée dans un couvent à Awassi, un des quartiers d’Afagnan.

Publicité

Togo: Elle décède en voulant interrompre une grossesse de trois mois. Explications

L’avortement aurait été exécuté en complicité avec un infirmier, selon nos confrères de telegramme228, qui travaille à l’hôpital Saint Jean de Dieu d’Afagnan communément appelé Yovo. L’auteur de la grossesse, est un élève de 21 ans en classe de Terminale A4 au lycée d’Afagnan.

Selon notre source l’infirmier, en complicité avec l’élève qui a engrossé la jeune fille, auraient fait le curetage dans un couvent à Awassi, un des quartiers d’Afagnan.

« C’est ma femme qui m’a appelé en me disant que ma petite sœur est très souffrante. J’étais à Agomé-glozou quand j’ai reçu l’appel. Je me suis dépêché pour rallier Afagnan. Je l’ai vu et après mes questions, elle m’a dit qu’elle a eu ses menstruations et sentait les douleurs au bas ventre. En écoutant tout ce qu’elle dit, je lui ai demandé si elle a fait un avortement. Elle a dit non », a expliqué le frère de l’élève. Avant de poursuivre  » (…) . En route, j’ai remarqué que ma petite sœur devenait faible sur la moto. Je lui ai encore posé la même question, et en même temps elle n’arrivait plus à parler. J’ai tout fait pour qu’on arrive chez notre infirmier. Après les attouchements et analyses de ce dernier, il m’informa qu’elle a avorté et que le curetage a été mal fait par quelqu’un d’autre. J’ai commencé par crier car elle perdait connaissance. Et d’un seul coup, elle me dit qu’elle a été engrossée par Yaya, un lycéen du quartier il y a de cela plus de 3 mois. Ce dernier l’a amené chez l’infirmier Yovo, qui lui a fait le curetage dans un couvent de vodou à Awassi. A la fin, ils lui ont dit de ne jamais informer qui que ce soit et qu’elle sentira juste quelques malaises et cela va passer. L’avortement s’est donc passé un samedi. Dans la nuit de ce dimanche 12 février, cet infirmier a tout fait et a dit que ça peut aller et le lendemain de faire tout pour l’amener à l’hôpital. Le lendemain, lundi 13 février dans la matinée, l’infirmier m’a appelé pour me dire que sa fièvre augmente et qu’il va lui placer un sérum ; jusqu’à ce que je n’arrive à Agomé-glozou; elle avait rendu l’âme. De retour à Afagnan, j’ai alerté la police et l’infirmier Yovo a été arrêté« , a révélé le frère et tuteur de Mlle  G

Publicité 2

Aux dernières nouvelles, les proches de la famille de la désormais défunte G, le jeune lycéen, auteur de la grossesse, l’infirmier d’Agomé-glozou et l’infirmier Yovo ont été arrêtés par la police d’Afagnan, pour des fins d’enquête.

Yao Junior L

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page