Afrique
A la Une

Découvrez d’où vient le nom Sénégal

Le Sénégal se trouve sur la côte ouest de l’Afrique, bordé au nord par la Mauritanie, à l’est par le Mali et la Guinée et à l’ouest par la Guinée-Bissau.

Une vingtaine de groupes ethniques ont été identifiés au Sénégal, mais les Wolof sont les plus importants du pays. Près d’un Sénégalais sur deux est membre de l’ethnie wolof.

Publicité

Les Wolof sont un groupe ethnique transnational qui est également présent en Gambie et en Mauritanie. Leurs origines ne sont pas très bien documentées, mais des découvertes archéologiques indiquent la présence des Wolof dans la région que nous appelons aujourd’hui la Sénégambie à partir du 8ème siècle environ.

Dès le début du 11ème siècle, les Wolof ont commencé à accepter l’Islam, conséquence du commerce, et à entretenir des relations avec les dynasties islamiques au nord du continent. Mais à partir du 15ème siècle, les Wolof ouvrirent leurs villages à d’autres étrangers, les Portugais.

Les historiens pensent que les Wolof avaient déjà établi un empire, en conquérant des peuples plus petits qui vivaient dans les régions de la Sénégambie et de l’actuelle Mauritanie. Les Portugais ont développé avec les Wolof une relation qui n’est pas différente de celle qu’ils avaient commencée dans d’autres régions de la côte ouest de l’Afrique – le commerce des marchandises, y compris des Africains réduits en esclavage.

À partir de 1673 environ, la France, qui était entrée en conflit au début du XVIe siècle, a annexé la région à l’embouchure du plus important fleuve du Sénégal actuel.

Le fleuve avait été baptisé Senega par Alvise Cadamosto, l’explorateur portugais qui a dirigé les efforts de navigation dans cette partie du monde vers 1460. Cadamosto surnommé ce fleuve Zenaga d’après un peuple berbère qui vit en Mauritanie et dans le nord du Sénégal.

Si certains pensent que c’est ainsi que le Sénégal a reçu son nom, d’autres souscrivent à une autre théorie. En 1850, David Boilat, un auteur français, a émis la théorie que le « Sénégal » était une corruption européenne d’une expression wolof, sunu gaal, qui signifie « nos pirogues. »

Publicité 2

Il faut dire, cependant, qu’il est plus probable de trouver des Sénégalais qui souscrivent à cette dernière théorie.

Crédit photo : facetofaceafrica

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer