Santé: Voici pourquoi les survivants d’Ebola ne sont pas complètement libres

0
Certains survivants d’Ebola peuvent encore connaître le virus car une nouvelle étude montre que les survivants d’Ebola peuvent trainer des séquelles longtemps après, et le système immunitaire peut ne pas être en mesure de se défendre.

Le professeur Jonathan Heeney de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, a fait cette déclaration lors de la 10ème conférence à Redeemer’s University à Ede, Osun, Nigeria, ce mercredi.

Heeney, professeur de pathologie vétérinaire, s’exprimait sur le thème: «Oser changer: inverser la tendance face aux menaces pour la santé au Nigeria».

Heeney a déclaré que certaines parties internes du corps où le virus pourrait être détecté comprennent les yeux, le cerveau, les testicules et les articulations.

Publicité

Le professeur d’université a indiqué que les génomes du virus pourraient être découverts dans le sperme de 30% des survivants d’Ebola de sexe masculin, six mois ou plus après avoir été déclaré guéri de la maladie.

Il a ajouté qu’il avait été documenté que des suspects auraient pu contracter le virus à la suite d’une transmission sexuelle de survivants masculins ou d’une transmission de femme à homme.

«La transmission via le lait maternel a également été abordée”, indiquant que la transmission mère-enfant peut également se produire chez les survivantes du virus Ebola.

“Il est important de noter que, même si une personne ayant survécu à Ebola est en bonne santé, le risque de sécréter le virus est faible et le risque de transmission du virus est négligeable”, a déclaré Heeney.

Cependant, le professeur a déclaré que l’un des plus grands défis, consiste à développer un vaccin qui protégerait non seulement les personnes contre le virus Ebola, mais aussi contre les autres membres de la famille des filovirus.

Heeney a toutefois déclaré que l’une des raisons pour lesquelles il était difficile de freiner l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest était due aux pratiques sociétales.

«Parmi les facteurs importants, il faut citer les cultures tribales, l’absence de connaissances préalables ou d’expérience sur Ebola, la méfiance à l’égard du gouvernement, les théories du complot, entre autres.»

Selon Heeney, d’autres collaborateurs scientifiques et lui ont commencé à développer un vaccin.

Il a déclaré que le vaccin pouvait potentiellement protéger les personnes contre trois types différents de virus de la fièvre hémorragique et pourrait être utilisé en Afrique.

Publicité


Heeney affirme aussi que les campagnes de santé publique dans les communautés les plus touchées devraient inclure des stratégies visant à garder les rongeurs à l’abri des foyers et des vivres et à améliorer l’hygiène personnelle.

Dans la même lancée, des chercheurs de l’Université de Liverpool et du Kings College de Londres ont récemment découvert que beaucoup de survivants d’Ebola souffraient de migraines débilitantes, d’AVC, de dépression majeure et de troubles anxieux.

Santé: Voici pourquoi les survivants d'Ebola ne sont pas complètement libres

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d’ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia.

feliciaessan@afrikmag.com

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

---