À la UneMonde

Esclavage: La Jamaïque s’en prend à la reine d’Angleterre

La Jamaïque s’apprête à demander à la reine Elizabeth d’indemniser tous ses citoyens au titre des réparations de l’esclavage.

Le gouvernement du pays des Caraïbes doit demander à Sa Majesté des milliards de livres de compensation, mais les critiques affirment que les contribuables britanniques ont déjà payé pour libérer des esclaves.

Les marchands d’esclaves ont fait fortune dans l’esclavage en Jamaïque après qu’elle soit devenue une colonie britannique en 1707.

Publicité

De nombreux Jamaïcains sont les descendants d’esclaves qui ont souffert sous le régime oppressif.

Le pays a obtenu son indépendance du Royaume-Uni en 1962 mais a conservé la reine à la tête de l’État.

Et maintenant, la Jamaïque veut une compensation alors que la ministre de la Culture du pays a annoncé le déménagement à sa Chambre des représentants.

Olivia ‘Babsy’ Grange a déclaré : « Nous sommes particulièrement heureux d’annoncer que nous avons fait de nouveaux pas dans nos progrès vers la recherche d’une justice réparatrice pour les victimes et les descendants de la traite transatlantique des esclaves.

Esclavage: La Jamaïque s'en prend à la reine d'Angleterre

« La pétition doit être présentée à la reine du Royaume-Uni et/ou au gouvernement du Royaume-Uni. »

Elle a déclaré que le Conseil national des réparations de la Jamaïque avait pleinement soutenu la pétition et que les ministres avaient convenu que : « Le cabinet du procureur général devrait peser le bien-fondé de la pétition dans l’éventualité où le gouvernement jamaïcain serait impliqué dans la pétition et quelle serait la responsabilité du cabinet du procureur général de déposer la requête au nom du peuple jamaïcain. »

David Cameron a été appelé à payer des milliards de livres de réparations pour esclavage lors de sa visite dans l’ancienne colonie en 2015. Cette année-là, les contribuables ont finalement remboursé la dette des propriétaires d’esclaves lors de l’abolition de la pratique en 1833.

Thomas Mace-Archer-Mills, historien et fondateur de la British Monarchists Society, a déclaré : « La Grande-Bretagne a déjà payé sa part et plus encore – le prix de la liberté pour les esclaves de la Jamaïque.

« Il doit venir un jour où les individus, les peuples et les nations d’aujourd’hui doivent assumer la responsabilité d’eux-mêmes, de leurs propres actions et situations, et cesser de blâmer les morts vieux de plusieurs siècles et les histoires moins savoureuses du passé. »

Publicité 2

Il a ajouté : « La Grande-Bretagne, à travers les actes d’esclavage des années 1800, s’est en fait endettée en achetant la liberté des esclaves dans tout l’empire.

« À l’époque, le gouvernement britannique a payé 20 millions de livres, l’équivalent d’environ 17 milliards de livres aujourd’hui – pour indemniser les propriétaires d’esclaves pour le capital perdu associé à la libération des esclaves.

« Ce versement représentait 40% du budget du gouvernement et nécessitait de nombreuses obligations aux propriétaires d’esclaves pour appliquer la loi. »

Plus de 20 000 personnes ont signé une pétition en ligne appelant le gouvernement britannique à indemniser « tous les descendants des Caraïbes et de l’Afrique » en décembre dernier.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page