Showbiz

« Être sexy est une malédiction, je déteste mon corps », Princess Shyngle

L’actrice gambienne basée à Accra, princess Shyngle fait toujours l’actualité pour de bonnes et mauvaises raisons, car elle a récemment utilisé sa page Instagram pour faire des révélations choquantes sur le fait qu’être sexy est une malédiction et qu’à ce stade de sa vie, elle déteste littéralement son corps.

« Être sexy est une malédiction, je déteste mon corps », Princess Shyngle

Publicité

L’actrice qui est considérée comme l’une des actrices les plus sexys avec des courbes affriolantes d’Afrique s’est plainte de la façon dont elle déteste son corps.

« Être sexy est une malédiction, je déteste mon corps », Princess Shyngle

“Etre sexy est une malédiction. À ce stade, je déteste littéralement mon corps”, a t-elle écrit.

Ce ne serait pas la première fois que Princess Shyngle se déchaîne sur son physique, car elle se plaignait toujours de la façon dont elle dépensait tout son argent pour avoir fière allure pour «Instagram».

L’actrice a toujours été accusée d’avoir eu recours à la chirurgie esthétique pour avoir ce corps, chose qu’elle a toujours nié avançant qu’elle est naturelle.

En attendant, il semble que l’actrice regrette d’avoir eu ce type de physique.

« Être sexy est une malédiction, je déteste mon corps », Princess Shyngle

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Ta vie n’est rien d’autre que tu trouves d’argent voilà la conséquence . tu vends ton corps a cause de l’argent .c un péché cas mm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer