Uncategorized

Facebook propose de choisir l’héritier de votre profil après votre mort

Facebook veut que vous soyez connecté à son réseau social pour la vie, et même jusque dans l’au-delà. Le réseau social le plus populaire du monde a fait jeudi une mise à jour qui permet de choisir un «légataire», permettant de gérer le profil du défunt et même de publier des messages en son nom.

 

Publicité

«Facebook est un endroit pour partager et se rapprocher de sa famille et de ses amis. Et, pour plusieurs d’entre nous, il s’agit d’un endroit pour se souvenir et rendre à hommage à ceux qui nous ont quittés», a annoncé le réseau social sur son blog.

Un message afin d’annoncer un service funéraire

Avant, Facebook créait une page commémorative lorsqu’on lui informait du décès d’un membre, mais celle-ci ne pouvait être gérée par une personne quelconque. Mais

« après avoir parlé avec des gens qui ont vécu la perte d’un proche, nous avons réalisé que nous pouvions en faire davantage pour les personnes endeuillées et pour ceux qui veulent garder le contrôle sur leur compte après leur mort».

 

Pour les utilisateurs qui le souhaitent, le «légataire» pourra publier un message pour inviter les amis du défunt au service funéraire ou partager un message spécial. L’héritier du compte pourra aussi mettre le profil à jour et changer la photo de couverture, ainsi que accepter les demandes d’amitié de membres de la famille et d’amis qui n’étaient pas encore connectés.

Tags

Articles similaires

2 commentaires

  1. Huuum pour l’instant, je suis encore en vie donc je gère. Après ma mort je ils n’ont qu’à faire ce qu’ils voudront, je ne serai plus là pour savoir. Si non l’idée n’est pas mauvaise. Avec de telles innovations, Facebook ne peut être que le réseau social le plus populaire au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer