DiversSociété

Un homme découvre qu’il est déjà mort et enterré après une plainte à la police

Un homme en Malaisie a découvert qu’il était considéré comme mort et enterré après avoir tenté de porter une plainte à la police.

Low Choo Choon, 71 ans, qui travaille dans l’industrie funéraire, a été informé de sa « mort » après avoir tenté de remettre un acte concernant un lieu de sépulture.

L’homme qui est un conducteur de corbillard et sa femme possédaient deux sites de sépulture depuis environ 20 ans, mais avaient décidé de transférer leurs sites à un parent pour des raisons financières pendant qu’ils allaient être incinérés lorsqu’ils allaient éventuellement mourir. Au cours du processus, Low s’est rendu compte qu’il avait perdu les documents indiquant la propriété de la tombe. Il s’est dirigé vers le commissariat pour déposer une plainte, rapporte FMT.

Cependant, il a été refoulé parce que les agents de la station qui ont déclaré que son statut était actuellement « décédé ».

Low s’est rendu au département national d’enregistrement, connu sous le nom de JPN, pour déposer une plainte où on lui a dit que le département trierait son statut dans deux semaines pour le changer.

Maintenant, Low cherche des réponses et a même sollicité l’aide de son gendre mais sans succès. En raison de son statut de « mort », il a eu du mal à renouveler sa taxe de circulation, n’a pas pu voter et maintenant il craint même que ses comptes bancaires ne soient fermés.

S’exprimant lors d’une conférence de presse avec le politicien Wong Bor Yang à qui il a demandé de l’aide, Low a déclaré: « Je travaille dans un salon funéraire depuis tant d’années, mais je n’aurais jamais pensé que je serais répertorié comme » mort « . Si mon [statut] n’est pas mis à jour, je crains que mon compte bancaire et mes avoirs ne soient gelés. »

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page