kenya
A la Une

Ilimanyang : la communauté kényane où les gens ne transpirent pas du tout

Les habitants de cette communauté sont obligés de se déplacer avec des jarres et des jerricans pour rafraîchir leur corps presque toutes les heures lorsque la température augmente. Et ce, parce que leur corps n’a pas de pores, une condition qui fait monter leur température corporelle à un niveau plus élevé. Sans pores, ils ne transpirent pas non plus.

Selon un reportage de Standard, ces habitants, atteints d’une maladie rare, forme la communauté minoritaire Ilimanyang qui est situé dans le village de Kapua, sur les rives du lac Turkana, au Kenya. La communauté compte environ 39 personnes.

Publicité

En raison de cette maladie rare, la plupart des membres de la communauté meurent à un jeune âge. C’est pourquoi, depuis des années, le groupe réclame une reconnaissance spéciale en tant que communauté atteinte d’une maladie rare, afin que les autorités sanitaires les suivent de près et leur accordent une attention particulière.

The Standard rapporte qu’il y a près de deux siècles, un homme turkana appelé Ilimanyang a épousé une femme de la minorité El Molo dans le comté voisin de Marsabit. C’est ainsi qu’est né le groupe minoritaire Ilimanyang. Leur existence dépendant de l’eau, leur maladie apparaît chez les hommes. Selon les autorités sanitaires, cette maladie de la peau est transmise par les pères à leurs enfants de sexe masculin.

Les membres du groupe minoritaire, essentiellement des hommes, ont la peau sèche et n’ont pas de cheveux sur la tête. Ils n’ont que deux incisives avant, une tête chauve.

Pour rafraîchir leur corps, ils ont toujours de l’eau autour d’eux et sont même obligés d’en porter lorsqu’ils doivent sortir. Les parents doivent surveiller de près leurs enfants et s’assurer que l’eau est à leur portée, même lorsqu’ils jouent avec d’autres enfants.

« Nous n’avons que deux dents (incisives). Et contrairement aux autres enfants, les enfants d’Ilimanyang ne peuvent pas manger de maïs et de haricots », a déclaré Peter Lomonta, un membre de la communauté, au Standard.

Les membres de la communauté qui se sont éloignés du lac et se sont mariés avec des femmes d’autres communautés ne sont pas atteints de cette maladie rare. Les experts de la santé ont mis en garde les Ilimanyang contre les mariages mixtes afin d’éviter la transmission de ces caractéristiques.

Publicité 2

Les habitants de cette communauté pensent que cette maladie est une malédiction. « Nos arrière-grands-parents nous ont raconté qu’il y a très longtemps, nos ancêtres ont attaqué une communauté du Turkana, tué et volé du bétail. La communauté attaquée a jeté un sort et c’est pourquoi nous souffrons de cette maladie », a déclaré Levies Ekai, un Ilimunyang.

Les ONG qui rendent visite aux Ilimanyang sur les rives du lac Turkana leur fournissent une pommade pour la peau afin de les protéger des rayons directs du soleil et de la chaleur.

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page