DiversSociété

Kenya: il dénonce sa femme à la police pour avoir acheté un bébé volé

Un homme au Kenya a dénoncé sa femme de 25 ans à la police pour avoir simulé une grossesse et plus tard acheté un bébé pour prétendre qu’elle avait accouché.

Wesley Rono, 31 ans, de la région d’Ogilgei, qui est marié à Patricia depuis cinq ans sans enfant, a déclaré qu’il était enthousiasmé par la grossesse avant de découvrir plus tard qu’elle était fausse.  

Quand ma femme m’a annoncé la nouvelle en décembre 2020 qu’elle attendait notre premier enfant, j’étais très excité. Cependant, peu de temps après, j’ai remarqué qu’elle mettait des vêtements autour de son ventre pour donner l’impression qu’elle était enceinte », a déclaré  Rono.

S’adressant à Standard Media, l’agriculteur et homme d’affaires a déclaré qu’il avait choisi de jouer le jeu comme un imbécile pour voir le motif final. 

Publicité

Chaque fois que je voulais toucher son ventre pour sentir la bosse du bébé, ma femme se mettait en colère. Elle ne me permettait même pas de la toucher ou de m’approcher d’elle« , a-t-il raconté.

Même s’il savait déjà que sa femme n’était pas enceinte, Rono a déclaré qu’il avait fourni tout ce que sa femme avait demandé pendant la période de neuf mois.

Elle avait l’habitude de dire qu’elle allait faire un bilan de grossesse à Kericho. Je lui ai donné de l’argent chaque fois qu’elle en avait besoin. Cela comprenait de l’argent pour aller aux fausses cliniques prénatales, et aussi de l’argent pour acheter des vêtements pour le bébé et d’autres articles essentiels,  « 

Après neuf mois de sa fausse grossesse, Patricia a demandé de l’argent à son mari pour aller accoucher à l’hôpital de Kericho le 8 août 2021.

Rono dit qu’il lui a donné l’argent et après quelques heures, elle l’a informé qu’elle avait donné naissance à un petit garçon. 

“Elle est partie seule en promettant de m’appeler et de me tenir au courant de l’avancement de l’accouchement .  J’ai été choqué quand elle a appelé plus tard dans la soirée pour me dire qu’elle avait accouché d’un bébé et qu’elle était déjà au centre commercial de Chepseon sur le chemin du retour.  L’audace de ma femme m’a encore plus stupéfait.  Même la femme la plus forte du monde ne peut pas avoir la force de se lever immédiatement du lit de maternité après 30 minutes d’accouchement et de monter à bord d’un véhicule public pour rentrer chez elle.”

Rono a déclaré qu’il s’était assis et avait attendu que sa femme ramène le bébé à la maison, mais elle a décidé de se rendre dans sa maison paternelle, pour « récupérer » pendant quelques jours.

Elle est finalement arrivée quatre jours plus tard, portant un petit garçon dans ses bras.

Quand je suis arrivé à la maison ce soir-là, je l’ai trouvée avec le bébé qui ne ressemblait pas à un enfant de quatre jours », a déclaré Rono.

C’est à ce moment-là que Rono a décidé de mettre fin à la manigance de neuf mois en signalant l’affaire au poste de police de Kericho le 12 août.

“Les entrées dans le livre prénatal étaient des faux. Ma femme avait essayé de me tromper, ce qui est impardonnable« , a déclaré Rono. 

Mme Rono a avoué qu’elle était stérile et que le bébé, maintenant sous la garde des agents de la police n’est pas son enfant biologique. Elle avait entendu des villageois parler d’une vieille femme du village de Kiptororo qui vendait des enfants.

Je lui ai rendu visite et lui ai fait part de mon souhait. Elle a demandé 50 000 Sh pour me donner un bébé« , a-t-elle déclaré. 

Mme Rono a déclaré avoir payé une caution de 2 600 shillings le jour où elle a rendu visite à la trafiquante d’enfants présumé chez elle.

Comme Mme Rono n’avait pas d’argent liquide, la femme a accepté d’échanger le bébé contre un plant de thé d’une valeur équivalente.

Et lorsque les policiers se sont rendus au domicile de la suspecte, ils ont remarqué qu’elle avait récemment planté du thé sur une partie de son terrain.  La suspecte serait également connue pour avoir provoqué des avortements dans le village.

Mme Rono a déclaré à la police qu’elle avait fourni à la femme les plants de thé le 10 août et qu’elle avait ensuite pris le bébé de trois semaines la nuit.

 « Ce qui m’a forcée à le faire, c’est juste le désir d’avoir un bébé que je peux appeler le mien et sauver mon mariage« , a-t-elle déclaré.

Mme Rono a déclaré qu’elle était au courant de sa stérilité depuis 2015 après une visite chez un gynécologue.

Publicité 2

 « En 2018, j’ai subi des opérations médicales pour débloquer mes trompes de Fallope, mais je ne pouvais toujours pas concevoir. Je n’avais pas d’autre choix que de recourir à ce que j’ai fait », a-t-elle déclaré.

 Mme Rono a confirmé les affirmations de son mari selon lesquelles elle s’était bourrée le ventre pour simuler une grossesse.

 « J’ai reçu le livret prénatal lors de ma première visite dans un dispensaire local. Après que l’infirmière ait rempli les informations primaires, je n’ai pas attendu un examen médical qui confirme la grossesse. J’ai quitté l’établissement avec le livret, et j’ai rempli  en copiant des notes du livret d’une autre femme », a-t-elle déclaré.

 Une descente conjointe de policiers des commissariats de Kericho et de Kuresoi n’a pas permis d’arrêter la trafiquante d’enfants présumé.  Le téléphone de la suspecte a été localisé dans le comté de Kisii.  Sa fille, qui était à la maison, n’a pas voulu être interrogée.

 « Nous ne savons pas qui vous êtes et ce que vous voulez. Laissez-nous tranquilles, nous ne voulons pas être dérangés« , a-t-elle déclaré.

 Dans l’enceinte se trouvait également une jeune femme faible qui prétendait être la petite-fille de la suspecte.

LIRE AUSSI: Elle vole un bébé de 4 mois pour tromper son mari

 La suspecte l’avait appelée au milieu du raid pour s’enquérir du passage des agents et s’ils étaient toujours là.

 L’officier des enquêtes criminelles du comté de Kericho, John Onyango, a déclaré qu’ils travaillaient avec leurs homologues de Kuresoi pour poursuivre la suspecte puisque la zone relève de leur juridiction.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page