Afrique

La mauvaise gouvernance tue les jeunes Africains selon la Fondation Mo Ibrahim

Les jeunes africains portent le poids de la crise sur le continent en raison d’une mauvaise gouvernance et non de la migration, selon un panel dirigé par l’ancienne présidente libérienne Ellen Johnson-Sirleaf présent à l’ouverture du forum Mo Ibarahim le samedi, 6 avril à Abidjan.

« Je pense que nous parlons aujourd’hui de migration parce que nous sommes indignés que nos jeunes meurent dans les océans », a déclaré Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), membre du panel.

Publicité

« Je pense que nous devrions être totalement troublés par le fait que nos jeunes meurent à cause d’une mauvaise gouvernance. Ils ne meurent pas à cause des océans », a-t-elle ajouté.

Des dirigeants politiques et économiques africains, des dirigeants de la société civile et les principaux partenaires internationaux de l’Afrique étaient réunis à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à l’occasion du forum Mo Ibrahim Week-end qui se tient chaque année dans une ville africaine différente.

Cet événement de trois jours, qui s’est achevé le dimanche 7 avril, était consacré à la jeunesse africaine et intitulé « Migration faute d’emplois ? ».

Bonne gouvernance et libre-échange

Mme Songwe a attiré l’attention sur des questions fondamentales, comme l’absence d’identification délivrée par l’État qui empêche les gens de s’épanouir et les pousse à partir.

« Nous savons que 500 millions d’Africains n’ont pas de carte d’identité. Dès que vous n’avez pas de pièce d’identité, que vous n’avez accès à rien, que vous n’avez pas accès à des emplois, que vous n’avez pas accès aux soins de santé, que vous n’avez pas accès à l’inclusion, alors vous cherchez à quitter le continent ».

Parmi les points positifs, on peut citer la zone de libre-échange continentale africaine de l’Union africaine, un accord déjà signé par 49 des 55 pays africains, qui prévoit un accès sans visa, la liberté de circulation, le commerce et la suppression des droits de douane sur 90 % des marchandises. L’accord entrera en vigueur lorsqu’il aura été ratifié par 22 pays.

Publicité 2

Mme Songwe a déclaré à l’auditoire d’Abidjan que les gouvernements doivent tenir compte de la réalité sur le terrain, à savoir que la bonne gouvernance est essentielle lorsqu’on parle de migration.

« Ainsi, lorsque nous parlons de migration, je nous exhorte vraiment à ne pas parler de migration parce que c’est une discussion importante pour nous, nous devrions parler de gouvernance. Que nos dirigeants ne nous laissent pas regarder dans la mauvaise direction », a-t-elle souligné.

Crédit photo : howafrica

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer