À la UneAfriqueSociété
A la Une

Mozambique: des djihadistes décapitent 50 personnes sur un terrain de football

Des combattants de l’Etat islamique ont décapité plus de 50 personnes et découpé les corps des victimes lors d’une attaque brutale dans le nord du Mozambique, selon les médias locaux.

Les djihadistes ont transformé un terrain de football en « terrain d’exécution » en décapitant et en hachant les corps de villageois dans la province de Cabo Delgado, rapportent les médias d’Etat.

Publicité

Des dizaines de femmes et d’enfants ont été enlevés dans le village de Nanjaba, tandis que plus de 50 ont été tués dans une attaque horrible contre le village de Muatide, rapporte la BBC.

« Ils ont incendié les maisons puis se sont attaqués à la population qui s’était enfuie dans les bois et ont commencé leurs actions macabres », a déclaré Bernardino Rafael, commandant général de la police mozambicaine lors d’un point de presse lundi, selon Al Jazeera.

Des villageois qui ont tenté de fuir auraient été emmenés sur un terrain de football voisin où ils ont été décapités et coupés en morceaux dans une scène atroce.

Les djihadistes ont fait des ravages dans la province de Cabo Delgado au Mozambique au cours des trois dernières années, ravageant des villages et des villes dans le cadre d’une campagne pour établir un califat islamiste. Les militants ont intensifié leur offensive ces derniers mois et se sont violemment emparés de pans de territoire, terrorisant ainsi les citoyens.

L’expert en matière de lutte contre le terrorisme et de crime organisé, David Otto, a déclaré au Daily Star: «Les forces de l’État et les espions présumés ont été capturés et décapités par le groupe djihadiste pour envoyer un message d’avertissement. Les femmes ont fait l’objet d’enlèvements ciblés. Des sources disent que les djihadistes gardent les femmes comme esclaves sexuelles.  »

Il a ajouté: «Le terrain complexe de forêt profonde et l’accès facile à l’océan Indien rendent la province de Cabo Delgado et le district de Mocimboa da Praia parfaits pour tout groupe armé à se cacher. Ils peuvent lancer des tactiques d’embuscade, s’enfuir en haute mer vers les États voisins et disposer d’un itinéraire logistique idéal pour la contrebande de marchandises, d’armes et de munitions illégales. »

Publicité 2

La semaine dernière, des militants présumés ont décapité au moins 20 hommes et adolescents lors d’une cérémonie d’initiation masculine dans le district de Muidumbe. Les corps démembrés d’au moins cinq adultes et 15 garçons ont été retrouvés.

« La police a appris le massacre commis par les insurgés à travers des rapports de personnes qui ont trouvé des cadavres dans les bois », a déclaré un officier. « Il a été possible de dénombrer 20 corps répartis sur une superficie d’environ 500 mètres. Il s’agissait de jeunes qui assistaient à une cérémonie de rite d’initiation accompagnés de leurs conseillers. »

En avril, des jihadistes ont abattu et décapité plus de 50 jeunes pour avoir prétendument refusé de rejoindre leurs rangs. En mars, ils ont occupé le centre de Mocimboa da Praia et incendié des bâtiments gouvernementaux. Dans une autre ville, ils ont lancé une attaque contre un poste de police et hissé le drapeau de l’Etat islamique.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page