DiversSociété

Nigéria/ « Je voulais devenir un braqueur international » – un homme qui vole depuis l’âge de 7 ans arrêté

Gbenga Kikiowo est un braqueur de 27 ans qui a été arrêté et exhibé dans l’État d’Ondo au Nigeria. Après son arrestation, il a révélé qu’il avait voulu devenir un voleur à main armée international.

Selon Kikiowo, il a commis plusieurs crimes, depuis l’âge de 7 ans et bien qu’il ait été en prison et qu’il soit revenu, il a déclaré qu’il n’avait d’autre alternative que de voler en raison du chômage. Son aspiration était d’être excellent dans ce qu’il faisait pour qu’il puisse devenir l’un des braqueurs infâmes au Nigeria.

Il a raconté son histoire en disant :

Publicité

« J’ai commencé à commettre des délits depuis l’âge de sept ans.  Je n’ai aucune raison véritable de ce qui m’a conduit au crime parce que je suis né dans une famille riche.

J’ai soudainement commencé à voler mes parents, mes parents croient en la religion traditionnelle, c’est ce qu’ils pratiquent, donc plus ils utilisent une solution spirituelle à mon acte criminel, plus je vole et cela m’a conduit au Ghana.  De là, j’ai amené mon gang au Nigeria et nous avons été arrêtés lors d’une opération en 2015 et sommes restés à la prison d’Olokuta à Akure.

Mon père est décédé en 2015, donc il n’y avait personne pour m’aider car ils pensaient que j’étais un criminel.  J’ai alors vu le crime comme un moyen parfait pour moi de survivre après la mort de mon père et quand il n’y avait personne pour s’occuper de moi.

Le nom de mon père était Kikiowo Ayodele.  Il a épousé six femmes et a donné naissance à 24 enfants.  Il était natif de lgbara Oke, dans l’État d’Ondo, il est bien connu ;  un soldat à la retraite et un agriculteur.

Une fois, j’ai suivi un homme dans un poste de police divisionnaire d’Akure pour renflouer une moto, la moto a été libérée d’une manière qui m’a surpris, l’homme leur a dit que sa moto avait été arrêtée alors ils lui ont demandé les documents de la moto et il ne leur a donné que  N1 500 et il lui a été remis même à l’insu des agents qui ont récupéré la moto.

J’ai donc commencé à utiliser cette technique et cela a fonctionné pour moi.  Une fois que j’ai découvert que ceux de service du matin étaient partis, je me rends là-bas et j’indiqu n’importe quelle moto neuve et soignée, leur donne1 500 N et il me la donne et je disparais.

J’ai été arrêté en 2011, la femme juge qui présidait mon dossier m’a aimé et m’a emmené à l’aide sociale pour qu’ils puissent m’encourager avec la parole de Dieu mais je me suis échappé en 2012 et me suis impliqué dans une autre affaire impliquant le vol de motos. J’ai été libéré le 2 février 2019.”

“Au cours de la dernière fois que j’étais en prison, j’ai rejoint la communauté des prisonniers qui prêchent la parole de Dieu à partir de là, j’ai écouté leur prédication et j’ai reçu de l’aide de leur part. »

« Plus tard, j’ai fait un rêve, où j’ai vu papa Enoch Adeboye de l’Église chrétienne rachetée de Dieu, en train de prier pour moi, alors, peu de temps après, j’ai été libéré et acquitté.  À mon retour, je suis allé à l’église chrétienne Redeem à Akure et j’ai témoigné que j’avais changé après avoir passé quatre ans en prison.

LIRE AUSSI: «J’ai volé ces bananes plantains pour acheter le maquillage de ma petite amie»

« Ils m’ont emmené au Camp de Rédemption où ils prévoyaient de m’emmener dans un centre de réadaptation. Mais ce n’est pas ce dont j’avais besoin, ce que je voulais, c’était trouver un travail qui me rapporterait de l’argent mais ils disaient que j’étais drogué et qu’il fallait d’abord me réadapter. Alors, j’ai décidé de partir au bout de six mois parce que ce n’était pas ce dont j’avais besoin.

Publicité 2

 De là, j’ai volé le tricycle de leur pasteur, également connu sous le nom de ‘Keke Maruwa et je me suis enfui à Ile-Ife.  Il m’a demandé de le rendre mais j’ai dit non, et j’ai décidé de vendre le tricycle mais j’ai été arrêté.

 Au bout de quelques mois j’ai appelé le Pasteur pour qu’il vienne prendre son tricycle car il ne m’était plus utile.  Tout au long de ma vie, je n’ai jamais réalisé que du chagrin.  L’arme avec laquelle la police m’a arrêté était mon dernier espoir.  J’avais décidé de quitter tout ce crime local pour devenir international.  C’est pourquoi j’ai pris le risque de chercher une arme.

Je voulais devenir un voleur à main armée internationale comme Ishola Oyenusi, Shina Rambo et Mufu Olosha Oko parce que je voulais que mon nom règne.  Je croyais que c’était par le crime que je pouvais être populaire.

Sans l’arme, ils n’auraient jamais pu m’arrêter.  Après la mort de mon père, j’ai entendu parler du Ghana, en arrivant là-bas, j’ai trouvé mes collègues et nous avons commencé le vol de grand chemin et après l’opération, ils m’ont trouvé compétent et à partir de là nous avons commencé l’opération.

Le vol d’autoroute est le mieux que nous puissions faire au Ghana, nous ne pouvons faire aucune autre opération, à partir de là, je les ai invités au Nigeria après les avoir convaincus que j’ai le point clé du Nigeria que nous pouvons opérer avec succès.

Au Nigeria, nous avons fait la première, la deuxième opération et la troisième, j’ai été arrêté et j’ai atterri en prison. J’exhorte le gouvernement à altérer la justice avec miséricorde et à m’aider. J’ai décidé d’arrêter le crime parce que je n’y ai rien gagné.”

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page