Divers
A la Une

Pakistan : un médecin accusé d’avoir infecté près de 900 enfants avec le VIH

Dans une ville pakistanaise, près de 900 enfants ont contracté le VIH après qu’un médecin a utilisé des seringues infectées pour les piquer.

Plus tôt cette année, 500 cas de personnes infectées ont été enregistrés dans la ville de Ratodero. Cependant ce chiffre s’élève aujourd’hui à 1 100, dont près de 900 enfants et les responsables de la santé craignent que le bilan pourrait s’alourdir.

Publicité

Le présumé responsable de l’infection de tous ces enfants, le Dr Muzaffar Ghanghro, est accusé de négligence et d’homicide. Il n’a pas encore été condamné et travaille toujours dans un hôpital public à la périphérie de la ville.

Imtiaz Jalbani, un parent qui a fait soigner six de ses enfants chez le pédiatre affirme l’avoir vu un jour fouiller dans une poubelle pour trouver une vieille séringue qu’il a ensuite utilisé sur son fils de six ans. Plus tard, ce dernier a été testé séropositif.

Quatre des enfants de M. Jalbani ont également été testés séropositifs et les deux plus jeunes sont morts.

Un autre parent a déclaré que le Dr Ghanghro a utilisé la même perfusion sur 50 enfants sans changer l’aiguille.

Le pédiatre a nié toutes les accusations portées contre lui et affirme qu’il est innocent.

Les responsables de la santé publique affirment maintenant que M. Ghanghro ne serait probablement pas le seul responsable de cette épidémie. Les agents de santé en visite ont vu de nombreux  médecins employer des seringues et des aiguilles à injection intraveineuse usées.

Crédit photo : nytimes

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer