People

People: Nouveau clash entre Booba et Kaaris sur les réseaux sociaux

Décidément, tout porte à croire que la guerre ne cessera  jamais entre Booba et Kaaris. Après leur violente bagarre à l’aéroport d’Orly en août dernier, les deux rappeurs avaient été interpellés, jugés et condamnés avec sursis.

Alors qu’on pensait que les tensions s’étaient calmées entre les deux rappeurs, la guerre a repris de plus belle sur instagram. Booba a lancé les hostilités en accusant Kaaris d’avoir volé son ordinateur. Il y a quelques jours, Booba a été victime d’un cambriolage au cours duquel son ordinateur comportant plusieurs chansons de son nouvel album avait été volé. Booba a promis de récompenser à 20 000€ celui qui retrouvera son ordinateur.

Publicité

Récemment, le Duc de Boulogne a publié une photo sur sa page instagram laissant voir que le voleur de son ordinateur n’est autre que Kaaris.

Il s’agit des faux clichés de Kaaris en story, portant l’ordinateur de Booba sous le bras… Bien entendu, l’interprète de « Validé » le soupçonne. Le rappeur n’a ainsi pas hésité à lui répondre avec un post instagram… « On ok je te rend ton ordi TITIA. Mais par contre ton historique est chelou ya que des films de travlo t’aime trop ca mon gars 😂 #teamjoseph. », a-t-il écrit en légende.

A cette réponse de Kaaris, Booba a une fois de plus réagi : « Ca va te faire du bien 20.000 euros poto ». Il est vraiment préférable de les voir s’affronter sur les réseaux sociaux avec des petites querelles marrantes au lieu de se livrer à des bagarres de rue.

 

Pub


Crédit photo: Le Dauphiné Libéré

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer