Cameroun

Crise Anglophone au Cameroun: polémique sur le nombre de morts!

Décidément, il sera difficile d’avoir les chiffres exacts sur le nombre de morts enregistrés lors des manifestations du 1er octobre dernier dans les régions anglophones au Nord-ouest et au Sud-Ouest du Cameroun.
Alors que des Organisations non gouvernementales (ONG) telles Amnesty international parlent d’au moins 17 morts, le gouvernement évoque 11 morts et appelle au dialogue. Le SDF (Social Democratic Front) principal parti de l’opposition, avance le chiffre de 30 morts dans la seule région du Nord-Ouest. D’autres ONG comme le Réseau de défense des droits de l’homme en Afrique centrale (REDHAC) ont établi un bilan de 22 morts.

Adolphe Lele L’afrique Tchoffo, gouverneur de la région du Nord-Ouest dressait il y a moins de 48 heures, un bilan de 6 morts en plus des 5 personnes tuées qui tentaient de s’évader de la prison de Kumbo dans la nuit de vendredi à samedi dernier.

Publicité

Même si certaines sources officielles confirment ces chiffres, le porte-parole du gouvernement, le ministre de la communication Issa Tchiroma Bakary a révélé que les revendications indépendantistes des sécessionnistes ont causé la mort d’une dizaine de personnes.

Aux dernières nouvelles, Certains partis politiques et les ONG sont déjà montés au créneau pour réclamer que lumière soit faite sur ces exactions. « Paul Biya doit être traduit devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité », a lâché Ni John Fru Ndi, le leader du SDF.

Il y a quelques jours,  Antonio Guterres le Secrétaire général de l’ONU « invitait les autorités camerounaises à mener une enquête sur les incidents » qui se sont produits le 1er octobre dernier dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il se dit « profondément préoccupé par la situation au Cameroun et condamne fermement les actes de violence y compris des pertes en vies humaines ».

Publicité 2

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page