À la UneAfrique
A la Une

Robert Koch : le scientifique allemand qui utilisait les colonies africaines comme laboratoire

Les scientifiques occidentaux ont transformé l’Afrique en un laboratoire vivant lors des épidémies de la maladie du sommeil au début du XXe siècle. Ils ne devraient pas être autorisés à faire de même aujourd’hui.

En 1906, en Afrique de l’Est allemande, Robert Koch, un géant de l’étude des sciences biologiques et l’homme qui a donné son nom au principal centre de recherche sur les maladies humaines en Allemagne, a mis sur pied un camp de mesures curatives pour la trypanosomiase ou la maladie du sommeil. La maladie est causée par la mouche tsé-tsé, un insecte tropical.

Publicité

Lorsqu’il s’embarque pour cette mission en 1906, ce n’est pas la première fois que Koch se rend en Afrique. En 1897, il avait été invité par le gouvernement sud-africain blanc pour aider à comprendre et à traiter la peste bovine, cette maladie animale infectieuse qui tuait le bétail en grand nombre.

Ce qui a attiré Koch vers la trypanosomiase, nous ne le saurons peut-être jamais. Mais lors de sa deuxième visite en Afrique, alors qu’il y a passé un an, il semblait déterminé à résoudre la mystérieuse maladie que les Britanniques avaient appelée le « Sleepy Distemper ».

Comme son nom l’indique, la maladie du sommeil a tendance à provoquer un besoin irrésistible de dormir, un état de morosité, une faiblesse générale du corps, une apathie et une mort lente et douloureuse. Les Européens ont découvert cette maladie au début du XVIIIe siècle et ont commencé à s’y intéresser.

Bien que le XXe siècle ait été une période de grande effervescence scientifique grâce à une curiosité généralisée et à des créations visant à résoudre des problèmes, c’est aussi le moment où l’éthique médicale en Europe a consolidé sa place dans l’enseignement scientifique, agissant ainsi comme un garde-fou d’une entreprise exubérante. Mais en quelque sorte, l’éthique médicale européenne n’était pas une police d’assurance qui couvrait les corps des Noirs en Afrique.

Lorsque Koch est arrivé en Afrique, il avait des formules qui étaient des remèdes théoriques. Il est intéressant de noter que le voyage du bactériologiste en Afrique est l’aspect le plus méconnu de sa carrière professionnelle, même si sa méthode de traitement de la trypanosomiase est devenue la norme dans les colonies allemandes d’Afrique de l’Est et de l’Ouest.

Koch traitait les gardiens de son camp avec des médicaments à base d’arsenic, contenant une substance sans aucun doute nocive pour le corps humain.

Ses patients ne savaient absolument pas quels produits chimiques étaient introduits dans leur corps et ne savaient peut-être pas si Koch les utilisait comme appâts pour sa propre téléologie scientifique.

Publicité 2

La compréhension discrète de l’épisode africain de Koch rend difficile, voire impossible, de savoir s’il cherchait à guérir la trypanosomiase ou s’il trouvait les Africains des colonies allemandes utiles à sa curiosité. Les véritables intentions de Koch sont un mystère pour plusieurs, mais ses actions sont des rappels douloureux de la façon dont les corps des Noirs ont été trouvés « sacrifiables ».

Crédit photo : facetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page