Sénégal

Transport aérien: Air Sénégal repousse encore ses vols commerciaux

Le directeur d’Air Sénégal SA Philippe Bohn annonce le démarrage des vols commerciaux entre juin et juillet 2018.

Initialement prévu avant le mois d’Avril, M. Bohn disait que « les avions de la compagnie vont décoller de l’aéroport international Blaise Diagne vers des destinations de la sous-région avant le mois d’avril 2018 ». A présent, faute de Permis d’exploitation aérienne, l’échéance a été repoussée.

Des vols retardés par l’ANACIM

Initialement prévus en décembre, les vols sont en retard à cause d’une faute de permis d’exploitation aérienne.

C’est l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie qui devait d’abord livrer ce document.

« On pourrait commencer à l’issue du processus du PEA. Le standard international pour délivrer ce permis est de 9 à 10 mois ». A ce jour, la compagnie dispose de deux ATR 72-600, qu’elle a obtenus lors du salon du Bourget.

L’origine du capital de la compagnie

Sur la question concernant l’origine du capital de la compagnie, Mr Bohn soutient que « 100% du capital de la compagnie Air Sénégal SA, est détenu par la Caisse de dépôt et de consignation qui a déjà libéré 23 milliards FCFA, les 17 milliards FCFA restants à l’être ».

Par ailleurs, à travers un communiqué envoyé à la presse, le directeur de la compagnie annonce que sur des instructions de l’Etat, une levée de fonds se fera.


« Le capital va, à terme, être ouvert et on va lever des fonds, tout en conservant notre autonomie. Pas question qu’on donne 51% du capital à quelqu’un d’autre. Je vais respecter ces instructions du gouvernement ».

Entre 2001 et 2016, les deux précédents pavillons ont connu des échecs. Par conséquent, le Sénégal tente de mettre en place, pour la troisième fois, une compagnie aérienne. Précisément, Air Sénégal International et Air Sénégal Airlines n’ont pas connu un franc-succès.

Le patron français de la compagnie ne baisse pas les bras pour autant. « Dakar est un hub géographique intéressant entouré de 1,3 milliard de gens à moins de six heures de vol. Compte tenu de la croissance démographique exponentielle de la sous-région, il y aura plus de monde à transporter. » rassure t-il.

Fatou Oulèye SAMBOU

Bonjour Je suis journaliste-productrice sénégalaise. J'aime parler d'actualité, de culture, et de sport. Je suis une passionnée de la vie et de ses merveilles: les voyages, le monde digital, le tourisme, le cinéma et la musique. Je vois toujours le bon côté des choses. Je vous donne rendez-vous sur Afrikmag pour des infos de qualité. fifi.sambou@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page