Médias : situation alarmante pour les journalistes au Mali (rapport)

2

Cette semaine, le Centre malien d’études et de renforcement des capacités d’analyse, a publié un rapport des plus alarmants.

Ce rapport fait cas des précarités auxquelles font face les journalistes dans le pays.

Journalistes mal payés, des quotidiens en manque de financement ; les difficultés de la presse privée malienne sont inquiétantes.

Publicité

Selon la presse internationale, le rapport établi par le centre malien a été très catégorique.

Malgré 150 journaux, la presse malienne rime avec inconstance. Abdoulaye Bakayoko responsable au Centre d’études et de renforcement des capacités d’analyse est l’un des auteurs du rapport.

« Plus de 60% des journaux sont très déficitaires, dit-il. A cause des charges, leurs recettes couvrent à peine les frais d’impression. Même quand on ajoute la publicité et le nombre d’exemplaires vendus, cela ne couvre pas les frais d’impression. Donc c’est une situation très précaire. »

Et sur le financement de la presse malienne, le rapport n’est pas plus optimiste : « Nombre de ces modes sont illicites. Je vous donne un exemple : je vous en veux, je ne vous aime pas, je n’aime pas votre opinion ; je paie un journaliste pour qu’il écrive sur vous. »

Dans ces conditions, difficile pour Abdoulaye Bakayoko de parler de presse privée indépendante au Mali : « La majorité des journaux au Mali suivent la ligne éditoriale qui arrange le pouvoir qui est en place. »

Besoin de formation pour des journalistes sous-payés, besoin également de réorganisation d’un secteur vital pour la démocratie, le rapport conclut qu’il reste du chemin à parcourir.

Emeraude ASSAH

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

Laissez une réponse

---