Monde
A la Une

Trump s’en prend à l’OMS : Des dirigeants africains s’insurgent et répondent à Trump

Cette action du président américain aura fait ses comptes. Des dirigeants africains ont tiré la chasse en repoussant les critiques de Donald Trump pour manifester leur soutien au chef de l’agence de la santé de l’ONU et ont exprimé ouvertement leur soutien à son chef, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le président Trump avait menacé de “geler fortement” les contributions américaines au budget de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à l’occasion d’une conférence de presse qu’il livrait la veille à Washington. Un certain nombre de sénateurs républicains ont ouvertement affiché leur soutien à ces critiques.

Publicité

Les choses se sont passées autrement du côté africain.

C’est en effet le  président de la Commission de l’Union Africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, qui a fait la rétorque initiale. Sur son compte Twitter, il affirmé être “surpris” que les autorités américaines au plus haut niveau attaquent l’OMS plutôt que de mettre l’accent sur “la lutte collective contre le Covid-19 “, n’omettant pas d’exprimer que l’Union africaine “soutient pleinement” l’OMS et le Dr Ghebreyesus.

Quelques minutes plus tard, c’est au tour du président namibien Hage Geingob de faire de même. Il répond au tweet de M. Mahamat: “Je suis d’accord avec vous, mon frère”. Le Dr Ghebreyesus, a-t-il ajouté, a fait de l’OMS “un véritable porte-étendard du multilatéralisme” à un moment crucial de l’histoire. “Concentrons-nous sur ce qui compte vraiment, à savoir sauver des vies”, précise-t-il.

Agé de 55 ans, Tedros Adhanom Ghebreyesus est un ancien ministre de la santé d’Ethiopie. Mi-médecin mi-politicien avisé, il n’a pas bronché face aux attaques du président Trump.

Pour l’heure, aucune déclaration officielle de l’OMS ou de ses dirigeants concernant les propos du chef de l’Etat américain.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer