À la UneUSA
A la Une

Un patron de restaurant blanc condamné à payer 546 000 $ à un Noir qu’il a réduit en esclavage pendant cinq ans

La Cour d’appel des États-Unis a ordonné à un gérant de restaurant blanc de Caroline du Sud de payer 546000 $ à titre de dédommagement à un homme noir ayant une déficience intellectuelle après l’avoir forcé à travailler dans un restaurant sous sa direction pendant cinq ans sans salaire.

Cette récente décision intervient après qu’un tribunal de district a initialement ordonné à Bobby Paul Edwards, 56 ans, de payer 273 000 dollars à John Christopher Smith en salaires impayés et en compensation des heures supplémentaires après avoir conclu un accord de plaidoyer avec les autorités en 2019,  rapporte le Washington Post . Edwards, qui dirigeait la cafétéria J&J à Conway, a également été condamné à 10 ans de prison après avoir plaidé coupable à un chef de travaux forcés.

Publicité
Un patron de restaurant blanc condamné à payer 546 000 $ à un Noir qu'il a réduit en esclavage pendant cinq ans

Cependant, une décision rendue le 21 avril par la cour d’appel a déterminé que le tribunal de district «avait commis une erreur» en ne calculant pas le montant initial basé sur les lois fédérales du travail – ce qui signifie que Smith avait en fait droit à 546 000 $, soit le double du montant. Smith, qui a travaillé au restaurant de 2009 à 2014 sans aucune rémunération, a également été victime d’abus physiques et raciaux de la part d’Edwards au cours de cette période. Smith aurait également été forcé de travailler plus de 100 heures par semaine et n’avait droit à aucun jour de congé.

«Lorsqu’un employeur ne paie pas ces sommes (rémunération des heures régulières et des heures supplémentaires), l’employé subit des pertes, qui comprennent la perte de l’utilisation de cet argent pendant la période de retard», a déterminé la décision.

Un patron de restaurant blanc condamné à payer 546 000 $ à un Noir qu'il a réduit en esclavage pendant cinq ans

Smith, 43 ans, a commencé à travailler au restaurant en tant que lave-vaisselle et busser de table en 1990 à l’âge de 12 ans. Avec Edwards maintenant condamné en charge, Smith s’est vu refuser son salaire et a été traité sans aucun respect pour la décence humaine.

Edwards a forcé le travailleur noir à emménager dans un appartement infesté de cafards,  a  rapporté le Washington Post . Les avocats de Smith ont déclaré que l’appartement, qui appartenait à Edwards, était «sous-humain», «déplorable» et «nocif pour la santé humaine». En plus de cela, un rapport du ministère de la Justice a également déclaré qu’Edwards avait soumis Smith à des violences physiques. Cela comprenait le battre pour le soumettre, le fouetter avec une ceinture, le frapper avec des casseroles et des poêles, et à un moment donné, le brûler avec de la graisse chaude. Edwards a également empêché Smith d’avoir tout contact avec sa famille et a menacé d’appeler la police sur lui.

«La plupart du temps, je ne me sentais pas en sécurité, comme Bobby pouvait me tuer s’il le voulait», a déclaré Smith, d’après les documents judiciaires. «Je voulais tellement sortir de cet endroit, mais je ne pouvais pas penser à comment je pourrais sans être blessé.

Publicité 2

Edwards a finalement été arrêté en 2014 après qu’une dame dont la belle-fille travaillait au restaurant l’ait dénoncé aux autorités. Les travailleurs du restaurant ont d’abord hésité à dénoncer Edwards par crainte de représailles de sa part.

«Pour avoir volé la liberté et le salaire de sa victime, M. Edwards a gagné chaque jour de sa peine», aurait déclaré l’avocat américain du district de Caroline du Sud Sherri A. Lydon après sa condamnation en 2019. «Le bureau du procureur américain ne tolérera pas le travail forcé ou exploitant en Caroline du Sud, et nous sommes reconnaissants au citoyen vigilant et à nos partenaires des forces de l’ordre qui ont mis un terme à cette violence particulièrement cruelle.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page