Divers

Un sénateur américain demande au FBI de faire une enquête sur FaceApp

FaceApp, l’application russe qui permet aux utilisateurs de voir à quoi ils ressembleront dans leur vieillesse, s’est retrouvée dans l’œil du cyclone américain mercredi.

Un sénateur a demandé à ce qu’une enquête du FBI soit menée sur sa “sécurité nationale et risques pour la vie privée ».

Selon un rapport de l’AFP, l’application déploie une intelligence artificielle pour modifier les photos des utilisateurs, en ajoutant des rides ou en soustrayant des années à leurs visages. Mais mercredi, le chef de la minorité américaine au Sénat, Chuck Schumer, a sonné l’alarme contre le développeur russe de FaceApp, appelant le FBI et l’agence de protection des consommateurs FTC à “se pencher sur les risques liés à la sécurité nationale et à la vie privée” par rapport à l’application.

Publicité

“Le site de FaceApp en Russie soulève des questions sur le moment où la société donne accès aux données de citoyens américains à des tiers, y compris des gouvernements potentiellement étrangers”, a déclaré le sénateur de New York au FBI.

“Il serait profondément troublant que les informations personnelles sensibles de citoyens américains soient fournies à une puissance étrangère hostile activement engagée dans des cyber-hostilités contre les Etats-Unis”, a-t-il ajouté.

Actuellement l’application gratuite la plus téléchargée sur Google Play avec plus de 100 millions d’utilisateurs, FaceApp a été lancée il y a deux ans, et est devenue virale après que son dernier outil de retouche, un filtre vieillissant, a déclenché une avalanche de selfies de célébrités.

Les développeurs sont basés dans le hub high-tech de Skolkovo près de Moscou, souvent appelé la Silicon Valley russe, et ses racines ont également suscité des inquiétudes au sein du parti démocrate américain.

Le Comité national du parti a averti les militants des primaires avant l’élection présidentielle de 2020 de “supprimer l’application immédiatement”, a déclaré le Washington Post.

Le parti est particulièrement sensible à toute possibilité de surveillance impliquant Moscou après que des responsables démocrates aient été ciblés par des pirates informatiques russes lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2016.

La peur du cyberespionnage s’est accrue ces dernières années, les autorités américaines s’inquiétant de ce que des gouvernements étrangers aient accès à des données personnelles appartenant à des millions d’Américains et pourraient en abuser.

En mai, Grindr, une société chinoise de jeux mobiles qui avait acheté la meilleure application de rencontres gay, avait annoncé qu’elle la vendrait d’ici juin 2020, à la suite des pressions exercées par les autorités américaines.

Des responsables américains auraient craint que les personnes disposant d’une autorisation de sécurité américaine qui utilisent Grindr puissent faire l’objet d’un chantage si le gouvernement chinois exigeait des données d’utilisateur de Kunlun Tech, de Pékin.

Avec des millions d’utilisateurs aux États-Unis, les supporters russes de FaceApp n’ont pas répondu à la lettre de Schumer.

Publicité 2


Mais son PDG a déclaré au Washington Post que les autorités russes n’avaient accès à aucune donnée utilisateur.

Yaroslav Goncharov a également déclaré au journal que la plupart des photos étaient supprimées de ses serveurs dans les 48 heures et que l’application ne les utilisait pas à d’autres fins.

FaceApp n’est pas étranger à la controverse. Peu de temps après son lancement, un filtre «chaud» qui éclairait automatiquement les visages a suscité des accusations de racisme.

La même année, les développeurs de FaceApp ont été obligés de supprimer une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de changer d’appartenance ethnique, ce qui a amené certains à assimiler cette pratique à un «blackface» numérique.

Cependant, les controverses n’ont guère atténué l’attrait de l’application parmi les amateurs d’individus et les célébrités.

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer