À la UneMondeUSA
A la Une

USA: Exécuté la nuit dernière par injection létale, voici les derniers mots d’Ernest Johnson avant sa mort

Ernest Johnson du Missouri (USA) reconnu coupable d’avoir battu à mort trois personnes lors d’un vol dans un dépanneur en 1994 a été exécuté mardi soir à l’aide d’une injection létale, malgré les appels à la clémence du pape François et d’autres partisans qui ont déclaré que la déficience intellectuelle de l’homme rendait l’exécution inconstitutionnelle.

Ernest Lee Johnson est décédé des suites d’une injection de pentobarbital dans la nuit de mardi à la prison d’État de Bonne Terre. On pouvait le voir prononcer les mots « Je t’aime » aux membres de sa famille, selon un journaliste d’ABC 17 News qui a été témoin de l’exécution. La respiration de Johnson est devenue laborieuse au fur et à mesure que le médicament faisait effet. Puis Johnson sembla s’endormir.

Publicité
USA: Exécuté la nuit dernière par injection létale, voici les derniers mots d'Ernest Johnson avant sa mort

Dans sa dernière déclaration, qui a été publiée par le ministère, M. Johnson a déclaré qu’il était désolé et qu’il avait des remords pour ce qu’il avait fait.

« Je suis désolé et j’ai des remords pour ce que je fais. Je veux dire que j’aime ma famille et mes amis, je suis reconnaissant de tout ce que mon avocat a fait pour moi.

« Ils m’ont fait ressentir de l’amour comme si j’étais une famille pour eux, je les aime tous, pour toutes les personnes qui ont prié pour moi, je les remercie du fond du cœur. J’aime le Seigneur de tout mon cœur et de toute mon âme.

« Si je suis exécuté, je sais où je vais au paradis. Parce que je lui demande de pardonner à Dieu tout le monde. Whit respectait Ernest L Johnson (sic). »

USA: Exécuté la nuit dernière par injection létale, voici les derniers mots d'Ernest Johnson avant sa mort

Des manifestations ont eu lieu mardi dans tout l’État pour faire pression sur l’État pour qu’il arrête l’exécution. L’ACLU du Missouri a déclaré que l’exécution est « une approbation d’un système juridique criminel raciste et vengeur sans aucun intérêt pour l’intégrité judiciaire ».

LIRE AUSSI: https://www.afrikmag.com/usa-letat-du-missouri-sapprete-a-executer-ernest-johnson-aujourdhui-malgre-lappel-du-pape-francois/

Rob Bratcher, le fils de la victime Mary Bratcher, a déclaré à NBC News en 2015 : « Je n’ai pas beaucoup de sympathie quand quelqu’un bat ses victimes à mort avec un marteau… s’il y a de la douleur, qu’il en soit ainsi ».

Publicité 2
USA: Exécuté la nuit dernière par injection létale, voici les derniers mots d'Ernest Johnson avant sa mort

La Cour suprême des États-Unis a statué en 2002 que l’exécution de personnes handicapées mentales était une violation de l’interdiction du huitième amendement des peines cruelles et inhabituelles. La dernière fois que le Missouri a procédé à une exécution, c’était en mai 2020, lorsque Walter Barton a été mis à mort par injection létale pour avoir poignardé mortellement une femme de 81 ans en 1991.

Utilisant un marteau comme arme, M. Johnson a tué trois employés d’un dépanneur – Mary Bratcher, 46 ans; Fred Jones, 58 ans ; et Mabel Scruggs, 57 ans – à Columbia, Missouri, en février 1994, alors qu’il braquait le magasin pour de l’argent pour acheter de la drogue, selon des documents judiciaires. Un jury du comté de Boone, dans le Missouri, l’a reconnu coupable en 2005 de trois chefs de meurtre au premier degré et l’a condamné à mort, selon les documents.

Après plusieurs contestations judiciaires au cours des années centrées sur les tests intellectuels et les capacités de M. Johnson, la Cour suprême de l’État a statué en août que ses souvenirs des détails du crime montraient qu’il était capable « de planifier, d’élaborer des stratégies et de résoudre des problèmes – contrairement à une conclusion d’intelligence sub-moyenne substantielle.

M. Johnson est né à Steele, Missouri, en 1960 et a grandi à Charleston, Missouri, ont écrit Mme Bush et M. Cleaver dans leur lettre. Son père était métayer, disent-ils, et il a été élevé principalement par sa grand-mère.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page