Afrique
A la Une

Voici comment la Chine et l’Occident recolonisent l’Afrique

Lorsque Amilcar Cabral a prononcé son discours à la Conférence tricontinentale de La Havane, à Cuba, en 1966, il a averti que l’obtention de l’indépendance n’était pas la fin de l’impérialisme. La Conférence était un rassemblement des peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Le but de ce rassemblement était d’aborder la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme pendant la guerre froide.

Aujourd’hui, l’Afrique se trouve à la merci du capital mondial, car elle est à nouveau recolonisée par la Chine, la Russie, l’Europe et l’Amérique. Cette fois, la recolonisation se fait avec le plein accord des dirigeants africains – l’élite politique et commerciale.

Kwame Nkrumah, le premier dirigeant du Ghana indépendant, a mis en garde contre l’émergence du néocolonialisme. Il a indiqué que c’est là que l’ancien colonisateur d’un territoire particulier exerce encore un contrôle sur ce territoire. Il a fait référence au Sud-Vietnam, dont l’ancienne puissance impériale était la France, mais cette puissance a ensuite été exercée par les États-Unis, notamment pendant la guerre du Vietnam.

Publicité

Le contrôle néocolonial peut être exercé par des syndicats d’intérêts financiers qui ne sont pas spécifiquement identifiables à un État particulier. Ainsi, les capitaux étrangers sont utilisés dans les régions les moins développées du monde à des fins d’exploitation et non de développement. Le pouvoir financier est utilisé pour enrichir les déjà riches alors que les pauvres continuent à souffrir. Nkrumah a déclaré qu’un État sous l’emprise du néocolonialisme n’est « pas maître de son destin ». Il a déclaré sans équivoque que le néocolonialisme est la pire forme d’impérialisme.

Nkrumah a qualifié le néocolonialisme de dernière étape de l’impérialisme. Il craignait que l’indépendance des pays africains ne soit réduite à une simple « indépendance de drapeau ».  Il a noté qu’il n’y aurait pas de véritable libération économique des peuples africains.

Avec le néocolonialisme, les dirigeants africains ne tirent pas nécessairement leur autorité pour gouverner de la volonté du peuple. Mais ils tirent cela de l’approbation de leurs maîtres néocoloniaux. C’est ce qui explique pourquoi les dirigeants africains ont désespérément besoin de l’attention des États-Unis et des pays européens. C’est comme s’ils n’avaient pas d’agence. Ils ont un désir irrésistible de plaire aux capitaux étrangers en divertissant les entreprises privées étrangères.  Ces dirigeants africains n’ont guère intérêt à développer l’éducation, les transports, les soins de santé, le logement, l’approvisionnement en eau afin que ceux-ci deviennent abordables et fiables pour leurs populations.

Une caractéristique inquiétante des États néocoloniaux est leur incapacité à refuser l’aide étrangère. Nkrumah a averti que l’aide à un État néocolonial est un « crédit renouvelable, payé par le maître néocolonial. Il passe par l’État néocolonial et revient au maître néocolonial sous la forme de profits accrus. »

Nkrumah était contre la notion de formes non réglementées d’aide, de commerce et d’investissement direct étranger. Et ce, malgré la montée en flèche de la pauvreté et le fait que le bien-être des Africains était négligé. L’aide n’a rien fait à l’Afrique. Elle a fait régresser la croissance organique du continent. L’aide a créé une dépendance en Afrique comme si le continent ne pouvait pas produire ses solutions. Elle est devenue un moyen pour les dirigeants de diffuser et de vivre leurs programmes néolibéraux par le biais d’une corruption flagrante et constante.

L’Afrique est devenue un foyer de formes extrêmes de capitalisme répandues par le capital étranger, qui sont destructrices pour le bien-être des populations ainsi que pour leur conscience nationale collective. Bien que cet hypercapitalisme soit progressivement abandonné dans les pays du nord où il a vu le jour, il est toujours présent.

Les dirigeants continuent à courtiser le capital étranger dans l’espoir que la promotion des idéologies de marché libre fera disparaître les problèmes économiques. Ils le font pour obtenir le soutien de ces maîtres néocoloniaux. Les mêmes entreprises privées qui sont courtisées pour « investir » en Afrique font plus de mal que de bien au continent. Elles versent aux travailleurs locaux de faibles salaires et rémunérations, tout en laissant une trace dévastatrice de dégradation de l’environnement. Elles influencent l’élaboration des politiques afin de réduire le rôle de régulation des gouvernements pour que ces politiques leur soient favorables. C’est peut-être ce que l’on appelle aujourd’hui la « facilité à faire des affaires ».

Les entreprises chinoises aident les pays africains dans le cadre de divers programmes de développement des infrastructures. Surtout avec l’urbanisation rapide que connaissent les pays africains. De nombreux dirigeants africains sont préoccupés par le développement superficiel qui s’inscrit bien dans leur modèle néolibéral pour apaiser le capital mondial. Des mégaprojets sont lancés alors que les gens ont faim. Ils n’ont pas un accès universel aux soins de santé, à l’approvisionnement en eau, aux transports et au logement – des droits fondamentaux qui doivent être accordés à tous.

Le piège de la dette se resserre, et ce n’est pas un secret que la Chine influence beaucoup de décisions des politiciens africains. Par exemple, le chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti, d’une valeur de 4 milliards de dollars, a fini par coûter à l’Éthiopie près d’un quart de son budget total pour 2016.

La Chine cherche à prendre le contrôle des actifs miniers pour garantir le défaut de paiement des prêts de la Zambie. La Chine a aidé la Zambie pour l’approvisionnement en électricité ainsi que pour plusieurs projets de construction de routes. L’Ouganda est également victime de la prétendue bienveillance chinoise. La voie express de 51 kilomètres de Kampala à l’aéroport d’Entebbe, construite par la Chinese Communications Construction Company (CCCC), a coûté la somme colossale de 450 millions de dollars. Cette dette est supportée par les contribuables ougandais.

Le Zimbabwe vend également le pays à la Chine, au profit des capitaux mondiaux. Récemment, le pays a accordé des concessions d’extraction de charbon à plusieurs entreprises chinoises afin qu’elles puissent exploiter au cœur du parc national de Hwange. La Chine investit dans des projets d’énergie renouvelable sur son territoire, mais encourage ses entreprises privées à exploiter du charbon pour exportation à l’étranger. Le gouvernement ignore les dangers potentiels que sa décision irrationnelle fait peser sur l’environnement. Le gouvernement et les entreprises chinoises ont depuis été mis en cause par l’Association zimbabwéenne du droit de l’environnement afin que le parc national du Hwange soit sauvé d’une dégradation écologique permanente et irréparable.

Publicité 2

Plusieurs pays africains n’arrivent pas à échapper aux tentacules du capitalisme d’État parrainé par la Chine. Au milieu de tout cela, les gardiens occidentaux du capital mondial comme le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale continuent d’accorder des prêts aux pays africains à la demande de l’élite politique africaine. Par exemple, l’Afrique du Sud s’est récemment vu accorder un prêt de 4,3 milliards de dollars par le FMI en réponse à la Covid-19, ce dernier déclarant en retour que le pays doit « se réformer ». Les réformes dont il est question sont une instruction donnée à l’Afrique du Sud (et à ses voisins) de suivre rigoureusement le néolibéralisme.

Les ouvertures de l’Amérique, de l’Europe et de la Chine ne sont pas faites avec des intentions altruistes. L’Afrique est riche en ressources naturelles et ces maîtres du néocolonialisme, qui répandent leur néolibéralisme en Afrique, veulent une part du gâteau. Comme cela a toujours été le cas depuis l’avènement du colonialisme. Il y a une forte présence militaire de puissances étrangères en Afrique, comme s’il y avait une sorte d’anarchie dystopique en Afrique. Les États-Unis ont des soldats en Afrique, y compris en Chine, en Russie, au Royaume-Uni et en France. La recolonisation de l’Afrique est en cours et, malheureusement, les dirigeants africains laissent cela se produire sous leur nez.

Les paroles d’Amilcar Cabral et de Kwame Nkrumah restent vraies et puissantes. Le néocolonialisme en Afrique continue de gagner du terrain, tandis que les populations languissent dans un cycle sans fin de pauvreté et de conflits. La nouvelle ruée vers l’Afrique ne doit pas être ignorée et ne peut pas être souhaitée. Le néolibéralisme en Afrique affectant les attitudes consuméristes et augmentant les inégalités, il faut des efforts collectifs visant à empêcher ces puissances étrangères d’engloutir le continent.

 Selon Nkrumah, la triste réalité est que l’Afrique cessera d’être maîtresse de son destin si ce néocolonialisme, aidé par le néolibéralisme qui ne faiblit pas, n’est pas stoppé. Les gouvernements africains doivent être une économie centrée sur les personnes, en mettant l’accent sur la fourniture de services sociaux et non sur leur externalisation à des entreprises privées. Les dirigeants africains doivent rejeter fermement l’aide étrangère.

Crédit photo : africanexponent

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. Arrêtez vos blas-blas…les africains ne savent que se plaindre. Vous leurs refuser l’argent: “Aaah, vous voyez ils nous refusent l’argent parce que nous sommes africains, c’est du racisme.” Vous leurs donner l’argent: “Aaah, ils veulent nous endettez pour nous contrôler, c’est du néocolonialisme.”
    Le système étant ce qu’il est il faut le changer ou faire avec…les pays asiatiques comme la Chine, la Corée, le Vietnam…étaient plus pauvres que les pays africains dans les années 1960 à 80…comment ça se fait qu’ils soient plus riches aujourd’hui, alors qu’ils ont évolués dans le même système de la dette et des capitaux étrangers?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page