Afrique

« Vous devez tourner la page» : Akon demande aux Afro-Américains d’oublier l’esclavage

Le musicien, philanthrope et magnat des affaires sénégalo-américain Akon a appelé les Afro-Américains à tourner la page à l’esclavage et à cesser de blâmer le passé pour « chaque mésaventure ».

Selon Akon, le Sénégal a tiré un trait sur cette partie de son histoire. Il a également encouragé les Afro-Américains à retourner en Afrique où ils auront leur propre destin entre leurs mains.

Publicité

Le chanteur a fait ces déclarations lors d’une interview sur VladTV, lorsqu’on lui a demandé ce que le Sénégal pensait de l’esclavage et de l’implication des négriers africains dans ce commerce. Le musicien de 47 ans a passé la plus grande partie de son enfance dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

« Au Sénégal, nous avons en quelque sorte tiré un trait sur l’esclavage, nous n’y pensons même pas », a-t-il déclaré. « Honnêtement, la seule fois où nous pensons à l’esclavage, c’est quand nous visitons l’île de Gorée. En dehors de cela, les gens ont appris à vivre et la dépasser la mentalité et les idées d’esclavage. »

Selon certains historiens, l’île de Gorée a été le plus grand centre de commerce d’esclaves sur la côte africaine du 15e au 19e siècle. Elle était gouvernée par les Portugais, les Néerlandais, les Anglais et les Français.

Au cours de leur discussion, le journaliste a évoqué un voyage au Sénégal, où il affirme avoir constaté pour la première fois que « les Noirs se sentaient à l’aise sans aucune sorte de maladie ».

« Je pense qu’aux États-Unis, ils ont ce stigmate de ne pas tourner la page sur le passé et de mettre le passé sur le compte de chaque mésaventure ou déception. Et je pense que tant que vous vous accrochez à ce passé, il y a beaucoup de poids que vous portez avec vous partout où vous allez. Et il est difficile d’avancer et d’avancer rapidement quand on a un poids sur le dos. Vous devez juste tourner la page », a déclaré Akon.

En ce qui concerne le fait que l’Amérique paye des réparations pour expier son histoire d’esclavage, Akon a déclaré qu’il est peu probable que cela se produise, car l’initiative n’a même pas été prise.

« Ce n’est pas comme si l’Amérique allait prendre l’initiative de le faire, sinon elle l’aurait déjà fait. Vous savez, les Indiens ont obtenu des réparations, les Juifs ont obtenu des réparations pour l’holocauste et cela n’a même pas été fait en Amérique. C’est au point où les Afro-Américains doivent maintenant vraiment comprendre leur valeur et réaliser que l’Amérique n’a jamais été ou n’a jamais eu l’intention de consulter ou même de compenser tout cela. Ils ne le regrettent pas. Ils s’en fichent. C’est évident. »

Le musicien a ensuite encouragé les Afro-Américains à retourner en Afrique où ils ne feront pas partie de la minorité.

« Voulez-vous rester ici et continuer à être traité de cette façon ? Ou bien retourner chez vous, où vous ne faites plus partie de la minorité, où vous êtes en fait la majorité, et vous contrôlez votre destin, et votre avenir, et votre terre ? »

Publicité 2

Le journalise a également parlé de la nécessité pour les Noirs qui ont des problèmes avec la façon dont ils sont traités aux États-Unis de visiter l’Afrique, ce à quoi Akon a répondu et a dit : « Ils doivent le faire. Ils ont juste besoin d’y aller … mais ils ont très peur d’y aller à  cause des mythes et stéréotypes sur le continent. »

« L’Amérique a fait un bon travail de lavage de cerveau. Dès que vous mentionnez l’Afrique, ils commencent à trembler. Ils ne savent même pas pourquoi. C’est juste de la peur. »

Crédit photo : capitalxtra

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page