AfriqueDivers

Zimbabwe : Des jumeaux de cinq jours brûlés à mort dans un hôpital

Des jumeaux âgés de cinq jours ont été brûlés à mort dans une pépinière à l’hôpital central de Harare la semaine dernière, rapporte The Standard.

La mère, Belinda Balalika s’est rendue compte que ses enfants étaient décédés quand elle voulait leur faire téter. Les jumeaux se seraient rétablis d’un ictère et auraient été placés dans la salle d’isolement pour une meilleure surveillance.

Publicité

Bien que les raisons de cet incident tragique restent encore floues, une source a déclaré que les bébés avaient été placés dans un berceau ouvert avec un faisceau de lumière pour leur réchauffer.

« Quelque chose a mal fonctionné et les bébés ont été brûlés à mort, mais ce qui est triste, c’est le fait que le personnel n’a pas contrôlé les bébés à temps. »

« Nous serons en mesure de donner des détails plus tard lorsque toutes les enquêtes auront été achevées », a déclaré Nyasha Masuka, le PDG de l’hôpital central de Harare à The Standard

Cependant, l’autopsie médico-légale effectuée indiquait qu’ils seraient morts de déshydratation.

L’hôpital central de Harare est parmi les établissements de santé publique qui luttent pour fournir des soins de qualité avec un financement limité pour les opérations. L’hôpital a été confronté à des difficultés financières qui ont pratiquement paralysé ses opérations.

La plupart du matériel utilisé est obsolète et, à maintes reprises, il y a eu de graves pénuries de médicaments, une situation qui compromet la santé des patients.

Crédit photo : zenithnaija

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer