Culture & LoisirsPeople

Une actrice de Nollywood accusée d’avoir électrocutée et battue sa nounou

Motunrayo Azeez (27 ans) accuse sa patronne, l’actrice de Nollywood Wunmi Toriola, de l’avoir brutalisée dans sa propriété de la région de Gbagada, dans l’État de Lagos au Nigeria.

Après les heures de classe, Motunrayo est allée chercher le fils de sa patronne à l’école et l’a ramené à la maison. Quand ils sont rentrés à la maison, Motunrayo affirme qu’elle a nourri l’enfant et l’a emmené jouer à l’extérieur de l’enceinte. Peu de temps après, Motunrayo a découvert que le garçon avait de la fièvre et a donc décidé de lui donner des médicaments.

Ce que Motunrayo ne savait pas, c’est que sa patronne, Wunmi la regardait à travers la vidéosurveillance connectée à son téléphone portable. Wunmi s’est mise en colère et a appelé Motunrayo. 

« Elle m’a demandée pourquoi j’avais donné un médicament au bébé sans sa permission et je me suis excusée pour ça, mais elle a commencé à m’accuser de toujours droguer son fils pour le faire dormir et je lui ai dit qu’hier (vendredi) c’était la première fois que je lui donnais un médicament : du Paracétamol et de la vitamine C, avec le médicament contre la toux qu’elle a acheté. J’ai été surprise par l’allégation parce que je n’avais aucune raison de droguer son fils ; mais elle a dit qu’elle ne voulait pas me rencontrer à la maison à son retour. Alors, j’ai fait mes valises et je me suis assise à l’entrée de la porte à l’extérieur, mais elle a ensuite appelé le gardien de ne pas me permettre de sortir.

Quand elle est revenue vers 20 heures, elle a commencé à crier et à m’insulter. Elle a dit plus tard que je devais entrer dans sa voiture que nous allions à un poste de police. Je suis entrée dans la voiture parce que je ne m reprochais rien. Au lieu de conduire jusqu’au poste de police, elle s’est rendue au portail du domaine et m’a déposée avec les gardes et leur a dit qu’ils ne devaient pas me permettre d’y aller. Elle a commencé à me battre à la porte et plus tard, elle m’a ramenée à la maison. Quand nous sommes rentrés à la maison, elle a ordonné que je sois enfermée dans une pièce ;  plus tard, son mari a appelé un soldat, qui est venu me frapper avec une cravache et a utilisé un électrochoc. », relate la Nounou.

LIRE AUSSI: Une femme condamnée à 30 ans de prison pour avoir torturé et tué sa domestique

Après tout cela, Motunrayo a déclaré que Wunmi avait toujours juré de l’enfermer dans la maison pendant trois semaines tout en surveillant la santé de son fils. Ce n’est que lorsque la mère de Motunrayo a plaidé en sa faveur que l’actrice aurait emmené Motunrayo dans un poste de police pour rédiger un engagement.  


Motunrayo ajoute : « Après que nous ayons quitté le poste de police, elle s’est soudainement garée au milieu de la route et a commencé à me frapper et à traîner mon téléphone qu’elle voulait le saisir.  Elle a éparpillé mes vêtements sur la route ;  les gens nous regardaient, pensant que nous jouions un film. Mais quand ils ont vu que je suis sortie de la voiture et que j’ai commencé à pleurer et à la supplier, ils m’ont demandé ce qui s’était passé. Elle m’a ensuite donné mon téléphone et est partie. J’emballais mes vêtements sur la route avec l’aide de gens quand j’ai expliqué ce qui m’était arrivé. Ils m’ont dit de la dénoncer à la police ; deux personnes m’ont suivie pour se présenter au poste de police. Je n’ai pas compris les coups que j’ai reçus d’elle et du soldat. Je veux justice parce que je n’ai donné de médicament à son fils sans arrière pensée. »

De son côté, l’actrice prétend qu’elle n’a jamais battu Motunrayo. Selon elle, son fils avait dormi pendant des jours avant le jour en question et voir ainsi Motunrayo lui donner un médicament a éveillé ses soupçons. Elle a également déclaré que des voisins lui avaient signalé que la nounou, Motunrayo, battait toujours son enfant. Selon Wunmi,

« Apparemment, elle (Motunrayo) savait qu’il y avait une caméra à l’intérieur, alors elle emmenait le garçon dehors et le battait. Une semaine plus tard, j’ai découvert que mon fils qui était actif était juste en train de dormir, alors l’apercevoir devant la caméra en train de lui donner un médicament a éveillé mes soupçons. La toux de mon fils avait disparu il y a environ deux semaines, donc pour qu’elle continue de lui donner des médicaments contre la toux sans me dire que mon fils avait de la température élevée ou toussait, cela signifie qu’elle a intentionnellement donné les médicaments à mon fils vers 18 heures pour qu’il puisse dormir et qu’elle puisse manipuler son téléphone. Quand je suis rentrée à la maison, j’ai demandé ce qui s’était passé; Je ne l’ai pas battue parce que lorsque j’ai essayé de la battre, elle a esquivé ma main. J’ai appelé mon mari et il m’a dit de ne faire aucun pas jusqu’à son retour. Quand il est venu, il a appelé la police pour qu’elle vienne la chercher pour qu’elle aille rédiger une déclaration. Mais c’est moi qui ai supplié en sa faveur de ne pas l’emmener parce que ses gens me suppliaient aussi. »

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page