Monde

Afghanistan : des familles pauvres « vendent leurs enfants pour joindre les deux bouts »

En Afghanistan, des familles sont obligées de vendre leurs enfants pour rembourser leurs dettes, alors que l’économie du pays est au bord de l’effondrement.

Une mère démunie, qui gagne à peine 50 pence par jour en travaillant comme femme de ménage dans la ville de Herat (ouest du pays), doit 400 livres sterling (soit 473 euros) à un homme à qui elle a emprunté de l’argent pour nourrir sa famille.

La femme, identifiée comme Saleha, s’est vu dire par le prêteur qu’il effacerait sa dette si elle lui vendait sa fille de trois ans, Najiba, rapporte le Wall Street Journal.

Publicité

Si Saleha, 40 ans, ne rembourse pas la dette dans les trois mois, sa fille sera déplacée de la maison familiale pour travailler dans la maison du prêteur avant d’être mariée à l’un de ses fils lorsqu’elle aura atteint la puberté.  

La situation de Saleha n’est pas rare en Afghanistan, qui est confronté à une crise humanitaire alors que les réserves de liquidités s’épuisent et que l’aide internationale est interrompue.

Selon des habitants, d’autres familles de Herat ont été contraintes de vendre leurs enfants pour rembourser leurs dettes.

Depuis que les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan en août, l’économie du pays est au bord de l’effondrement.

La valeur de la monnaie s’est effondrée malgré la pénurie de billets de banque, tandis que les prix des produits de base ont grimpé en flèche en raison des pénuries, les Nations unies avertissant que la nourriture pourrait bientôt manquer dangereusement.

Cette situation a conduit le chef de l’ONU à avertir cette semaine que l’Afghanistan est confronté à un « moment décisif » et à lancer un appel urgent aux pays pour qu’ils réinjectent des fonds dans l’économie afghane qui, avant la prise du pouvoir par les talibans en août, dépendait de l’aide internationale, laquelle représentait 75 % des dépenses publiques.

L’Afghanistan est aux prises avec une crise de liquidités, ses avoirs restants gelés aux États-Unis et dans d’autres pays, et les décaissements des organisations internationales ayant été suspendus.

Les effets de l’effondrement économique pourraient s’avérer mortels pour ce pays où un tiers de la population survit avec moins de 2 dollars par jour.

Saleha doit maintenant trouver l’argent nécessaire pour rembourser sa dette, ou perdre sa fille de trois ans. Son mari, qui est beaucoup plus âgé, ne travaille pas.

Saleha et sa famille travaillaient dans une ferme à Badghis, mais ont été contraints de fuir à Herat en raison des combats et de la sécheresse. Ils ont été contraints d’emprunter de l’argent pour se nourrir.

La situation est devenue insupportable, car les prix des denrées alimentaires de base comme la farine et l’huile ont doublé depuis que les talibans ont pris le pouvoir.

« Si la vie continue à être aussi horrible, je vais tuer mes enfants et moi-même », a déclaré Saleha au WSJ. « Je ne sais même pas ce que nous allons manger ce soir. »

« Je vais essayer de trouver de l’argent pour sauver la vie de ma fille », a ajouté Abdul Wahab, le mari de Saleha.

Publicité 2

Le prêteur, Khalid Ahmad, a confirmé au journal qu’il avait dit qu’il effacerait les dettes de la famille en échange de leur fille de trois ans.

« Moi aussi, je n’ai pas d’argent. Ils ne m’ont pas remboursé. Il n’y a donc pas d’autre choix que de prendre la fille », a déclaré M. Ahmad, originaire de Badghis.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a prévenu que la crise humanitaire en Afghanistan s’aggravait, touchant au moins 18 millions de personnes, soit la moitié de la population du pays. Nombreux sont ceux qui doivent maintenant ramasser des bouteilles en plastique pour les recycler ou les vendre afin de gagner suffisamment d’argent pour se nourrir.

Mais un responsable taliban a déclaré que les Afghans devront s’habituer à la lutte pendant « quelques mois. »

« Nous avons souffert pendant 20 ans en combattant le djihad, nous avons perdu des membres de nos familles, nous n’avions pas de nourriture correcte, et au final, nous avons été récompensés par ce gouvernement. Si les gens doivent lutter pendant quelques mois, et alors ? », a-t-il déclaré.

LIRE AUSSI: Afghanistan : Kaboul bientôt dans le noir ? les Talibans n’ont pas payé la facture d’électricité

Crédit photo : dailymail

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page