À la UneDiversSociété

Algérie : 49 personnes condamnées à mort pour le lynchage d’un homme accusé à tort

Un tribunal en Algérie a condamné à mort 49 personnes pour le lynchage d’un homme faussement accusé d’avoir déclenché des incendies de forêt meurtriers en 2021.

La victime, Djamel Ben Ismail, était sous protection policière dans un fourgon de police en août 2021 lorsqu’une foule l’a traîné dehors, l’a battu et l’a brûlé vif, selon Mail Online.

Le peintre de 38 ans s’était rendu dans un commissariat après avoir appris qu’il était soupçonné d’incendie criminel. Il est apparu plus tard que Ben Ismail s’était rendu dans la région en tant que volontaire pour aider à éteindre les incendies.

Il a également été confirmé qu’il avait tweeté plus tôt dans la journée de sa mort qu’il se rendait sur les lieux des incendies de forêt, à 200 miles de chez lui, pour « aider nos amis » à combattre les incendies.

Lorsqu’il est arrivé près de la commune de Larbaa Nath Irathen dans le quartier de Tizi Ouzou, l’un des plus touchés par les incendies, une foule de riverains l’a accusé d’être un coupable de l’incendie, a déclaré son père l’an dernier. « Mon fils est parti aider ses frères de Kabyle, une région qu’il aime.  Ils l’ont brûlé vif… Je suis dévasté », a ajouté Noureddine Ben Ismail.

Des policiers qui sont intervenus pour protéger et aider la victime ont également été blessés, a ajouté le procureur.

Un tribunal de Dar El Beida a « condamné 49 personnes à l’exécution pour le meurtre et la mutilation de son corps (de Ben Ismail) », a rapporté l’agence de presse APS. Le tribunal a également condamné 28 autres accusés à des peines de prison allant de deux ans à dix ans sans libération conditionnelle, a indiqué l’APS.


Après la publication en ligne d’une vidéo du lynchage de Ben Ismail, une enquête a été ouverte, le président du pays Abdelmadjid Tebboune demandant aux autorités de « faire la lumière » sur le meurtre. Amnesty International a également appelé les autorités algériennes à enquêter immédiatement sur ce décès et à « envoyer un message clair indiquant que ces violences ne resteront pas impunies »

Ben Ismail a été enterré dans sa ville natale de Khemis Miliana, à 71 miles à l’ouest d’Alger.

«Vous vous rendez compte que même mort ils l’ont torturé ? », Mohamed Khalfi, l’oncle maternel de Ben Ismail, a déclaré à l’Associated Press. « Et ce qui me fait mal, c’est que les gens ont filmé. Je suis son oncle et je demande que la justice fasse son travail et que même ceux qui ont regardé sans rien faire soient jugés. », a t-il ajouté.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!